Archives de Catégorie: A chaud…

Avis de déménagement !

Mais où avais-je la tête !? J’ai oublié de poster une note ici depuis le 1er janvier dernier. Pour annoncer à ceux qui ne me suivent pas sur les réseaux sociaux que j’ai « déménagé. »

L’approche est toujours « sans concession, » mais à une autre échelle sur www.ionnews.mu . C’est le site d’information que j’ai cofondé depuis le 1er janvier dernier et qui figure déjà parmi les 50 sites les plus visités de Maurice. Je vous invite à le découvrir et à télécharger nos applications IOS (Iphone et Ipad) et Android.

A très bientôt sur ION News !

Image

Publicités

To the Digital Natives…

The engines of the first full pureplayer news site in Mauritius will soon fire up. We are a young team driven by passion and faith in the future of Journalism. We have a state of the art responsive website and App. We developed a fully socialmedia-integrated platform. We are now consolidating our team. Do you want to join us?

Then, you need to be:
1. A fresh graduate or university student (for internship positions)
2. Curious about what is going on in Mauritius and in the world in a variety of fields.
3. A clear-minded story teller with either words (in French/English), pictures, sound, video or static/animated graphics.
4. A hard worker ready to deliver to the highest standards of journalism.

Tell us why you believe you can be a member of our team. Send your CV on bhujun.rabin[at]gmail.com

ps: Please share this if you know of people who might be interested.


Exclusif : bientôt le « Walking Licence »

C’est dans le secret le plus absolu que la décision a été prise par un comité restreint, présidé par le Premier ministre lui-même. C’était il y a à peine une semaine. Stupéfaite, la population allait apprendre la nouvelle dans quelques jours, de la bouche de Navin Ramgoolam. Mais le très loquace « Monsieur Sécurité routière », Ben Buntipilly, a quelque peu mis les pieds dans le plat.

Hier, dans une déclaration au Défi, le conseiller spécial du Premier ministre a confirmé qu’une loi, très probablement effective dès janvier 2014, va interdire aux piétons de marcher tout en téléphonant. Les plus malins d’entre nous l’ont deviné. Mais pour ceux qui ne le sont pas assez : l’ancien responsable de la « Traffic Branch » de la police n’a pas tout dit ! Voici donc le scoop : le gouvernement compte prochainement mettre en place un « Walking Licence » (WL). Soit l’équivalent pour le piéton du « Driving Licence » (DL). Une première mondiale !

Dans la pratique, chaque enfant de 2 ans – c’est l’âge moyen auquel on arrive à marcher avec dextérité – se verra automatiquement remettre un « Learner Walking Licence ». Ce permis lui donnera le droit de circuler librement dans la maison de ses parents ou sur le terrain familial. Pour toute sortie au-delà de ce périmètre, l’enfant devra obligatoirement être accompagné d’une personne en possession d’un WL en cours de validité.

Dès 4 ans, tout enfant pourra passer son permis, selon le modèle déjà établi pour notre permis de conduire. Lors de l’« Audio-visual Test (Oral Test) », une série de questions sera posée aux candidats sur le code de la route en général et sur l’utilisation du trottoir (quand il y a en a un) en particulier. Ayant réussi l’épreuve théorique, le candidat pourra alors passer le test pratique sous la supervision d’un policier de la « Walking Branch » de la police, qui sera créée incessamment. Les épreuves pratiques se tiendront aux alentours des 50 « Walking Testing Centres » qui s’ouvriront dans le pays d’ici six mois. Dès la mise en place du système, toute personne âgée de plus de 5 ans se verra automatiquement remettre un WL accompagné de son « Walking Licence Counterpart » (WLC). Chacun sera ainsi tenu d’être en possession de son WL ainsi que de son WLC en circulant à pied.

Vous l’avez deviné, le WL est en tout point similaire au permis de conduire, même dans le nombre de points cumulables avant que le permis ne soit suspendu. Les infractions bénignes seront pénalisées de 2 points tandis que les plus graves vous vaudront 10 points. En voici une liste non exhaustive :

  1. Dangerous walking or walking without due care and consideration
  2. Breach of lane discipline on footpath (example: by walking side by side rather than in line)
  3. Walking under the influence of (or while consuming) alcohol
  4. Using a hand-held microphone or telephone handset whilst walking
  5. Swearing and/or shouting while walking
  6. Spitting while walking
  7. Giving any kind of press, radio or television interview while walking (exemption allowed if interviewee voices out an opinion in favour of government or Prime minister)
  8. Carrying another person on back while walking (mont gadak)
  9. Exceeding walking speed limit (by less than 4 kilometres per hour)
  10. Exceeding walking speed limit (by 4 kilometres per hour or more, but less than 10 kilometres per hour)
  11. Exceeding walking speed limit (by 10 kilometres per hour or more)
  12. Failing to comply with pedestrian traffic sign (traffic lights)
  13. Neglecting or refusing to comply with traffic directions given by a police officer

Comme pour le permis de conduire, si le détenteur d’un WL accumule 15 points, son permis sera immédiatement suspendu. Il sera alors tenu de rester chez lui pendant une période de six mois. Il pourra, toutefois, entamer une procédure afin d’obtenir la permission d’effectuer des sorties à pied dans un rayon de 2 kilomètres de sa résidence. Si le détenteur d’un WL suspendu possède toutefois un DL valide, il pourra tout à fait sortir de chez lui sur son véhicule. À la condition expresse de ne pas en descendre, au risque cette fois-ci d’accumuler des points sur son DLC.

Le permis à points a déjà considérablement réduit les problèmes d’insécurité routière dans le pays. Gageons que le « Walking Licence » fera tout simplement disparaître ceux restants. Car on le sait bien, il suffit de coller une amende pour tout résoudre !

NOTE IMPORTANTE : Ce type de papier m’aurait valu un appel (le dimanche matin) de mon ancien employeur (le plus récent) m’expliquant que j’ai eu tort de l’écrire car les lecteurs me liront au premier degré. J’ai cependant toujours fait confiance à leur humour ainsi qu’à leur intelligence. Donc, je présume que vous savez déjà que tout ceci n’est que de la moquerie …


Les 100 mots de Duval

Le choix des mots et leur récurrence sont toujours intéressants à visualiser. Après avoir enlevé les  « the », « of », « and », « this » et autres « Mr speaker Sir » truffant son discours, voici les 100 mots les plus utilisés par le ministre des Finances hier.

tagcloud2014


Mon dernier l’express dimanche

J’ai préféré ne pas écrire d’édito dans ce dernier numéro. Car ne voulant pas prendre le risque de voir une phrase, peut-être anodine ou ayant un tout autre sens, être interprétée à l’aune de mon départ de la rédaction en chef de l’express dimanche, ce samedi.
A la place, voici quelques clichés de l’équipe peu après le bouclage. Au delà de mon départ quelques changements « physiques » vont également intervenir dans le fonctionnement du staff de l’express dimanche dans les jours à venir. Mon départ coïncide donc aussi avec la fin d’une ère et d’un certain mode de fonctionnement.
Il y avait donc beaucoup d’émotion, contenue dans la plupart des cas, au sein de l’équipe hier soir. Elle va terriblement me manquer. Mais ainsi va la vie (professionnelle)…

Voici le texte que j’ai posté hier matin sur Facebook et sur mon compte  Twitter.
L’émotion est bien évidemment au rendez-vous. Je signe aujourd’hui mon dernier l’express dimanche.Je sers cette publication depuis le 20 novembre 2002. En tant que journaliste, puis successivement responsable des rubriques économie et politique. Pour ensuite en être le rédacteur en chef adjoint début 2006 et rédacteur en chef depuis début 2008. Au sein de La Sentinelle et dans mon cocon de l’express dimanche, j’ai côtoyé de nombreuses personnes qui sont devenues, pour beaucoup d’entre elles, de bons amis voire des intimes. Leur sourire quotidien me manquera…Au-delà de tout, j’ai apprécié la solidarité et la loyauté sans faille de mes collaborateurs. Ainsi que le soutien et les conseils, parfois très paternels, de mes aînés. Je quitte cette belle entreprise certes avec tristesse mais certainement aussi avec la fierté et la satisfaction d’avoir toujours travaillé, avec mon équipe, de la manière la plus sincère possible avec les moyens humains et matériels à notre disposition.Dès ce dimanche, je vais prendre un petit mois pour respirer, m’aérer l’esprit et préparer la nouvelle étape de ma carrière. Au delà de la pêche et de la guitare, s’il y a bien une chose en laquelle je crois avoir une petite expertise, c’est le journalisme. Je ne vais donc pas disparaître de la circulation. Mais en quelle qualité et à quelle fonction vais-je réapparaître ? J’espère vous le dire bien assez vite.Pour terminer, parlons-en, justement, de VOUS. Un aîné pour qui j’ai le plus grand respect m’a répété depuis des années que « le bon journaliste est celui qui est lu ». Je crois savoir que durant ces 11 années passées à l’express dimanche, j’ai été lu. Puis que mes écrits m’ont valus aussi bien des mots d’appréciation et d’encouragement que des critiques virulentes – parfois justifiées, parfois non. J’ai grandi et j’ai appris en me nourrissant des deux. J’en suis profondément reconnaissant envers vous, les lecteurs.Merci encore et à très bientôt.


Of sheep and men: CTI Speech 16/05

Chairman and Members of the Board of Directors of the Charles Telfair Institute. Executive Director Professor Charoux and members of the Management Committee, distinguished guests, proud parents, members of the staff. And most importantly dear graduating class of 2013 : CONGRATULATIONS. Please take a few moments to give yourself a round of applause.

I have to start by telling you how honoured I am by this invitation. I am grateful to be able to share part of the joy, hope and solemnity of this seminal moment for 189 fine young women and men graduating today.

I too think of myself as a young person. Who doesn’t have enough grey hair, yet, to dare give advice or impart any kind of wisdom. So I have had to do some research. I actually took this task at heart right from the moment when I got the call from Professor Charoux almost a month ago. I took it as seriously as you did for your assignments…So late last night I started thinking hard about what to say !

The first piece of information I stumbled upon is a name. What I am doing right now, is delivering a COMMENCEMENT SPEECH. I didn’t know the term. It’s a very interesting one. Very fitting for the occasion. C’est un commencement. It’s the beginning of something new. But I cannot help asking myself what this « something new » really is. Do you know what it is ?

There’s probably a fair chance that you don’t. You see, life is full of twists and turns. Each more unpredictable than the other. It is this world of uncertainty that you are getting ready to step in as from today. As from this day, you will start learning the first harsh lesson. A degree or diploma ; despite all the hard work you put in obtaining it…is nothing but a piece of paper.

Thus, not all of the 39 students that are to graduate in Human Resource will make a career in the field. Just as not all the 98 students obtaining a diploma in management will stay in this line of activity.

In the same vein, some of the 25 students in graphic design may…well, in fact NO. Please stay in the field, we are very much in need of good graphic designers in the Press right now.

BUT let me get back to the element of uncertainty. This room is probably filled with people who set out to do one thing and ended up doing another.

At 5 : I wanted to be an astronaut. At 10 : a pilot. At 14 : an economist, then I realised I hated Maths and went for Law. At University, I started loathing Corporate Law and loving Political Science. So I finally settled for the latter. Yet, at the end of my studies, I still didn’t have a clear answer to THE question. What will I do ?

I was bound to not have an answer. Simply because I was asking the wrong question ! Maybe you’re having the same approach right now. So beware ! What matters is not what you do. But WHO YOU ARE. And WHO YOU WANT TO BE. These are the essential questions.

Just as the holder of a journalism degree and a press pass is not necessarily a great reporter. Likewise those who possess a degree in marketing won’t necessarily live up to become good commercial strategists. Even if the piece of paper that you will be holding shortly is very important. It will not determine the rest of what happens in your life. You will have to take care of that yourselves.

So don’t fuss too much about the job you think you are predestined to. Just because you hold this piece of paper. The job is a means to an end. Not the end itself. Now bear also in mind that there is no such thing as equality on the job market.

You may not get the slot you so eagerly want. For objective reasons: candidates competing for the same job may have other distinguishing factors: DRIVE, PERSONALITY or EXPERIENCE. The reasons could also, unfortunately, be more occult. Like “My father knows X so you better hire me”. Or, “my mum is the mistress of Y, so treat me well!” This is happening quite often these days !!!

“That which does not kill us makes us stronger” wrote Nietzsche the philosopher. So brace yourselves. For the process of becoming strong has started. Henceforth, you will be chosen or maybe rejected. You will be asked to do things for which you have not been trained or do not want to do. You will make wrong or premature career decisions. You may at some point be the slackest employee around and get fired.

Maybe because you rested on your laurels or did not seize a chance to choose a new career path or undergo additional training. All this can and WILL probably happen to you. And no one here has any set of rules to help you go through these events unscarred. However, all the scars will be useful, they will make someone out of you. They will tell you who you are.

sheep

By the way, Who are you? I like to say that a huge majority of our population comprises of sheep. Yes SHEEP. Political opinion polls show it! Right now there might be some sheep in the auditorium. You see, we take great pride in saying that we have two national sports in Mauritius. The first being Football and the second Politics. But we are equally appalling at both. And strangely we seem to be content about that.

In sports, we are nowhere near having a decent football championship or national team. I think I read that we have one of the worst fifa ranked national teams in the world. So we keep dreaming to numb the pain. While watching Barcelona, Manchester United or Real Madrid. It helps us forget how bad we are I guess. Helps us, stay sheepish.

In politics, it’s even worse. We have a system where the youngest leader is 65 years old. His two main opponents are 68 and 83. For the past 30 years, we’ve being choosing our Prime minister amongst those three. After the 2015 general elections, one of them will probably still lead our country. But, this doesn’t seem to stir any kind of uneasiness amongst the sheep.

Yet again, they choose to numb the pain by looking elsewhere. Towards the UK or the USA. David Cameron is 46. Barack Obama is five years older. They are young. They are the incarnation of change and political evolution. POLITICAL EVOLUTION : this is a VERY SCARCE commodity in Mauritius.

This is what I want to leave you with tonight. The quality education that you have received at CTI has made thinking men and women out of you. You now need to use that FOR the collective good. Getting a job, founding a family, getting the nice car or house is one thing. But what about the collective responsibility that the thinking men and women of this country bear ?

The question I put to you is straight forward: as from tonight will you be sheep with a piece of paper? Or active citizens? Please do not misconstrue what I am calling for. This is not a call to arms. I am actually NOT asking you to join politics and try to get rid of the actual leaders. If, howeever, you have the will and stamina, by all means : DO IT. We obviously are in need of that too.

What I am rather advocating is for you to not be bystanders. Or, at best, facebook activists. The real deal is real life activism, street activism not webactivism! I urge you. Look around. We live in a beautiful country but Mauritius… CE N’EST PAS UN PLAISIR.

Extreme poverty, environmental issues, drug abuse, sexually transmitted diseases, a fossilised political system. To evolve, all these sectors are in desperate need of extra and new pairs of hands and brain lobes.

Don’t be the sheep who will one day jump off the cliff just because the other sheep have been doing it for so long. Be critical thinking men and women. Don’t just wish for change. Incarnate it. This is my wish for you. Thank you very much for your attention.


De la mégalomanie en politique

Mégalomane : c’est ainsi que l’on décrit parfois le leader politique installé. Ou alors celui, qui cherche désespérément à percer pour devenir le berger d’un peuple qu’il considère égaré. Mais qu’est-ce que la mégalomanie au juste ? Corvée de documentation  pour comprendre cette pathologie.

Grande découverte : la mégalomanie est le ressort de base chez tous les gourous de sectes. C’est grâce à cette pathologie qu’ils arrivent à croire eux-mêmes en leur « mission »…et également à entrainer les adeptes qu’ils réunissent autour d’eux. De là à extrapoler que « leader politique » et « mégalomane » sont synonymes ; il n’y a qu’un pas…

Mais revenons aux généralités et commençons par définir la chose.

Sur www.psychonet.fr on peut lire que cette pathologie «  s’exprime par une surestimation de soi-même, une auto-attribution de capacités extraordinaires, la certitude d’être quelqu’un de grand…alors qu’il n’en est rien en réalité. » Plus loin, on nous explique que «  loin de jouer, le mégalomane se croit réellement supérieur aux autres, a une estime démesurée de lui-même, et est persuadé d’avoir un don dans tel ou tel domaine, de grandes capacités intellectuelles ou, beaucoup de succès auprès des autres » Le site www.psychologies.com précise que « cette surestimation de soi-même, assez répandue, devient trouble psychique lorsqu’elle se métamorphose en délire de grandeur, avec comportements incohérents. »

La mégalomanie ordinaire, quasi-inoffensive dans de nombreux cas est donc « assez répandue ». Le chef d’entreprise qui croit que le monde entier va se jeter sur le nouveau produit qu’il vient d’imaginer est un peu mégalomane sur les bords. Le médecin, qui entretient la certitude de guérir la petite toux du patient venu le voir surestime probablement sa personne. L’éditorialiste (mea culpa !) qui attribue des bons ou mauvais points et qui pontifie sur la nécessité de faire ceci ou cela peut probablement être classé parmi les mégalomanes de service.

Mais la pathologie peut déboucher sur des comportements autrement plus malsains voire dangereux. Les David Koresh ou Gilbert Bourdin sont là pour nous le rappeler. Pour faire simple, le mégalomane devient potentiellement dangereux dès qu’il parvient à fédérer autour de lui une coterie ou un groupe plus élargi de fidèles.

Le site www.prevensectes.com, spécialisé dans l’information et la prévention face aux mouvements sectaires, identifie deux phases cruciales dans l’évolution du mégalomane.

 « Dans un premier temps, le mégalomane est en général perçu par son entourage sous son jour le plus chatoyant. L’originalité de ses vues, le brio, la capacité de conviction dans des domaines aux perspectives insoupçonnées, grandioses(…) attirent autour de lui les admirateurs, voire les petits ou grands mécènes ; bref une petite cour(…) L’encensement mutuel consolide le groupe. (…) à ce stade, le mégalomane demeure peu dangereux … »

Les choses changent toutefois très vite dès que le mégalomane se pense ou se sait entouré :

« Mais – seconde phase – que, tout à coup, les circonstances changent et qu’une bonne fortune mette le personnage en situation de responsabilité, le climat varie aussitôt. Fini l’amusement. Toutes les potentialités du mégalomane se déploient. La petite cour du départ agrège une clientèle beaucoup plus vaste qui voit là s’ouvrir une nouvelle carrière à des appétits jusque-là contenus. »

Plusieurs changements se produisent alors, peut-on lire sur www.psychologies.com

« le mégalomane est toujours plus capable, plus savant que les autres ! Côtoyer un vrai mégalomane implique donc que l’on consente à s’effacer. Il se veut sans faille. Pas question de lui rappeler qu’en tant qu’être humain, il est nécessairement faillible. »

Mais la boite à outil du mégalomane est mieux garnie qu’on ne le croit.

« Le mégalomane pathologique sait très bien, à l’occasion, se présenter en victime : la plus grande victime que l’on puisse rencontrer, évidemment. Il prétend avoir subi tous les coups durs possibles et élève sa souffrance au rang d’instrument de pouvoir »

Quand le mégalomane entame cette phase, il est le plus souvent déjà passé à un autre stade pathologique : la Paranoïa. Celle-ci se caractérise alors, selon www.psychologies.com par les comportements suivants :

« la surestimation du Moi (orgueil et mégalomanie) ;

Des erreurs de jugement liées à un raisonnement logique sur des bases fausses reposant sur des a priori purement subjectifs ;

Une rigidité psychique ; une méfiance allant jusqu’au délire de persécution (le mal vient toujours de l’Autre) ;

Le dogmatisme (attitude intellectuelle affirmant des idées sans les discuter).

Le paranoïaque finit par s’enfermer dans un cercle vicieux persécuté-persécuteur. Son credo consiste à convertir les autres à ses propres idées. »

Alors ? Vous avez reconnu le ou les mégalomane(s) autour de vous ?


Jumbo, je t’aime trop (II)

J’ai le bonheur ou le malheur ( c’est selon ) de travailler à 5 minutes du centre commercial de Jumbo Riche-Terre. Presque dix années de voisinage, ça rapproche. Aussi, c’est à ce supermarché que je fais la plupart de mes courses.

Cette activité n’est en rien anodine. Car elle me fait parfois tomber sur les offres commerciales les plus alléchantes. Comme Jumbo, il nous aime trop…il trouve moyen de nous faire ce genre de promo:

Faire ses courses à Jumbo peut, par ailleurs, être une activité plus périlleuse, comme l’en atteste cet épisode que je vous ai raconté, il y a trois ans…

J’ai appris qu’une cliente du supermarché a connu la même mésaventure il y a quelques jours. Celle-ci, s’est mise en tête de raconter sa mésaventure à la terre entière à coup de mails expédiés à des centaines de personnes. Du coup, j’ai noté un changement de taille au supermarché de Riche-Terre. Les tablettes de chocolat ont été transférées au…rayon frais. Si ma déduction est bonne, les « moutouks » ne doivent que moyennement apprécier le froid !

Reste plus maintenant qu’à trouver une solution pour éradiquer les insectes qu’on retrouve dans CHAQUE boite de semoule Casino (grains moyens) achetée au Jumbo !!!


La marche (insolite) du crabe II

Alors j’ai eu des réclamations après mon post La marche (insolite) du Crabe
Dinesh (il se reconnaîtra) m’a fait savoir à travers son épouse qu’il croise régulièrement des crabes marathoniens vers chez lui à Trou d’Eau Douce.
Guillaume, de la rédaction de l’express dimanche, m’a également expliqué qu’à Albion, où il habite, il n’est pas rare de croiser des crabes « traverseurs » de rue.
Guillaume ne croyait pas si bien dire, il en a vu un la semaine dernière. Il l’a pris en photo…

Si vous aussi, il vous est arrivé de croiser des crabes marathoniens ou « traverseurs » de rue, envoyez moi vos photos. Histoire d’avoir de nouveaux épisodes…

ps: le dernier crabe que j’ai croisé… n’a pas fait de marathon. En effet, il a eu la (très mauvaise) idée de manger puis de s’agripper à l’appât qui était au bout de ma ligne de pêche hier. Du coup, il a terminé sa route…dans mon frigo. Il y est toujours !


Le rapport Sithanen

Allez, je partage.

Voici le rapport de Rama Sithanen sur la réforme électorale qui a été rendu public un peu plus tôt.

Initiative Citoyenne pour une réforme électorale réalisable à Maurice


%d blogueurs aiment cette page :