Ceux qui diront non

« Un “non’’ prononcé avec la plus profonde conviction  est préférable à un “oui’’ prononcé pour faire plaisir ou, pire, pour éviter les ennuis. »

Gandhi

C’est la saison du oui ! Navin Ramgoolam et Paul Bérenger vont se le dire officiellement dans les jours à venir. Et peu importe si la nouvelle loi électorale est votée avant ou après les prochaines élections générales, les noces des deux leaders politiques seront célébrées dans la ferveur d’un cinglant 60-0 administré au MSM. Mais est-ce que l’ensemble des 1,3 million de Mauriciens auront le cœur à la fête?

Sans surprise, l’argumentaire de vente classique sera ressorti pour nous vanter les bienfaits d’une chromothérapie rouge/mauve. A force d’avoir été bassinés avec, nous les connaissons tous… par cœur. D’abord, l’alliance PTr/MMM a le mérite d’apaiser les tensions ‑ notamment ethniques ‑ du pays. Ensuite, elle porte au pouvoir une « dream team » composée des meilleures compétences locales. Toutes susceptibles d’aider la nation à relever les défis sociétaux et économiques du moment et de l’avenir.

Les considérations plus personnelles, voire égoïstes, de ce mariage de raison sont moins vendables. Navin Ramgoolam cherche à régner localement et rayonner internationalement sans avoir à gérer le « day to day business » du gouvernement. Tandis que Paul Bérenger souhaite, lui, finir sa vénérable carrière politique en apothéose tout en préparant sa succession au MMM. Difficile d’expliquer comment la poursuite de ces deux objectifs concourt significativement à améliorer le quotidien des Mauriciens !

C’est donc sur le terrain démocratique qu’on tentera de placer l’avancée. Grâce à la IIe République, le Premier ministre ne sera plus tout puissant, il exercera ses prérogatives dans un cadre institutionnel rationalisé. Tandis que la réforme électorale permettra enfin aux citoyens d’élire des Mauriciens à part entière et non des candidats ayant l’obligation de se choisir une appartenance ethnique ou communautaire pour prétendre briguer les suffrages.

Malgré ses bienfaits, la réforme institutionnelle ne parviendra pas à éradiquer tous les travers de notre système politique. Les jeux d’alliances sont ainsi toujours promis à un bel avenir. Puisque le nouveau mode de scrutin reposera aux trois quarts sur le système First Past The Post, tous les partis politiques installés continueront à trouver un intérêt à participer à des sessions de koz koze sporadiques (pré et post élections) afin de contracter ou de changer d’alliance au moment opportun.

Ce statu quo dans le fonctionnement des rapports de forces politiques ne permettra pas aux principaux leaders de remonter dans l’estime de l’électorat. Cet immobilisme pourrait même conduire une importante partie des votants à lancer à terme une motion de blâme – dans et en dehors des urnes – contre l’accaparement du jeu électoral par les principaux partis.

En fait, la motion de censure a été déposée, en toute discrétion, depuis des années. Une analyse sommaire des statistiques de participation aux élections générales depuis l’indépendance démontre en effet l’érosion de l’intérêt des électeurs au fil des rendez-vous nationaux. En 1982, seuls 12 électeurs sur 100 avaient décidé de bouder les urnes. Lors du scrutin de 2010, le taux de désabusés est passé à 23%.

C’est à partir de 1991 que le désintérêt des électeurs pour les grand-messes politiques a commencé à se manifester de manière flagrante. Cette année-là, le premier épisode de la telenovela « Tout est possible en politique » avait été joué dans les urnes. Les épisodes se sont succédé : « Le remariage d’Anerood et Paul » en 1991, « Paul trompe Anerood avec Navin » en 1995, « Anerood et Paul se marient pour la troisième fois » en 2000, puis « Navin trompe Paul avec Pravind » en 2010. Tout au long, un nombre de plus en plus grand d’électeurs/spectateurs déçus a choisi de rester chez lui, préférant zapper le programme.

Combien seront-ils à zapper le prochain épisode: « Navin et Paul se marient pour faire chambre à part » ? Vu le peu d’enjeux d’un scrutin opposant le bloc PTr/MMM au MSM, il est déjà fort probable que bien plus de 23 électeurs sur 100 décideront finalement de ne pas exercer leur devoir civique. Rien ne dit, de plus, que les 70% de votants consentiront tous à regarder les mêmes acteurs rejouer dans le même feuilleton pathétique.

Dès lors se posera une nouvelle question : si les partis installés perdent leur crédibilité auprès d’une frange de plus en plus importante de l’électorat, qui sera en mesure dans les années à venir d’incarner l’alternance à une classe politique dégénérescente ? Les candidatures sont ouvertes…

Publicités

2 responses to “Ceux qui diront non

  • Bruno

    Who says that a single movement can rally the discontented 25%? This group might be formed of anarchists, those who don’t give a f***, the loonies at the extreme left, racists and xenophobes … They cannot be placed under the same umbrella. BTW the abstention rate is also growing steadily in other democracies (France, UK, Greece …). No cause for alarm here. It’s the logical progression for « mature » democracies.

  • Rabin

    Who says a single movement can rally the discontented 25%? Statistics do up till now!!!

    On average, less than 5% votes were cast towards non mainstream parties during the last few general elections. So what you are actually forecasting is a minimum 500% increase in non mainstream party votes!!! I’d be curious to learn about the basis of such a forecast.

    The basic electoral pass mark is somewhere near 50% in any given Constituency (apart from some exceptions, for eg in no 2 or 3 where 35/40% of votes cast can elect an MP). We’re of course speaking in a FPTP setup here.

    If we talk in terms of national averages in a party list set up, we’re definitely in another territory. I don’t see any small political party or budding one securing a national average of more than 7.5%. I don’t say that it wont happen. I just believe that it wont be happening during the next general elections…which are way too close for any party to gather momentum, public appreciation and policial substance so as to weigh 7.5% minimum.

    As for turnout figures, You can check some stats for yourself, they do not allow sweeping statements like yours…
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Abstention_en_France France Presidential elections still rally voters
    http://www.ukpolitical.info/Turnout45.htm Couple of last UK general elections have seen an upsurge in turnout…
    http://www.idea.int/vt/countryview.cfm?id=63 A very « mature » democracy: Denmark has constant 80%+ turnout rates
    I definitely dont agree with the fact that we should be calling ourselves a « mature » democracy just because citizens choose to no longer cast their votes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :