De la mégalomanie en politique

Mégalomane : c’est ainsi que l’on décrit parfois le leader politique installé. Ou alors celui, qui cherche désespérément à percer pour devenir le berger d’un peuple qu’il considère égaré. Mais qu’est-ce que la mégalomanie au juste ? Corvée de documentation  pour comprendre cette pathologie.

Grande découverte : la mégalomanie est le ressort de base chez tous les gourous de sectes. C’est grâce à cette pathologie qu’ils arrivent à croire eux-mêmes en leur « mission »…et également à entrainer les adeptes qu’ils réunissent autour d’eux. De là à extrapoler que « leader politique » et « mégalomane » sont synonymes ; il n’y a qu’un pas…

Mais revenons aux généralités et commençons par définir la chose.

Sur www.psychonet.fr on peut lire que cette pathologie «  s’exprime par une surestimation de soi-même, une auto-attribution de capacités extraordinaires, la certitude d’être quelqu’un de grand…alors qu’il n’en est rien en réalité. » Plus loin, on nous explique que «  loin de jouer, le mégalomane se croit réellement supérieur aux autres, a une estime démesurée de lui-même, et est persuadé d’avoir un don dans tel ou tel domaine, de grandes capacités intellectuelles ou, beaucoup de succès auprès des autres » Le site www.psychologies.com précise que « cette surestimation de soi-même, assez répandue, devient trouble psychique lorsqu’elle se métamorphose en délire de grandeur, avec comportements incohérents. »

La mégalomanie ordinaire, quasi-inoffensive dans de nombreux cas est donc « assez répandue ». Le chef d’entreprise qui croit que le monde entier va se jeter sur le nouveau produit qu’il vient d’imaginer est un peu mégalomane sur les bords. Le médecin, qui entretient la certitude de guérir la petite toux du patient venu le voir surestime probablement sa personne. L’éditorialiste (mea culpa !) qui attribue des bons ou mauvais points et qui pontifie sur la nécessité de faire ceci ou cela peut probablement être classé parmi les mégalomanes de service.

Mais la pathologie peut déboucher sur des comportements autrement plus malsains voire dangereux. Les David Koresh ou Gilbert Bourdin sont là pour nous le rappeler. Pour faire simple, le mégalomane devient potentiellement dangereux dès qu’il parvient à fédérer autour de lui une coterie ou un groupe plus élargi de fidèles.

Le site www.prevensectes.com, spécialisé dans l’information et la prévention face aux mouvements sectaires, identifie deux phases cruciales dans l’évolution du mégalomane.

 « Dans un premier temps, le mégalomane est en général perçu par son entourage sous son jour le plus chatoyant. L’originalité de ses vues, le brio, la capacité de conviction dans des domaines aux perspectives insoupçonnées, grandioses(…) attirent autour de lui les admirateurs, voire les petits ou grands mécènes ; bref une petite cour(…) L’encensement mutuel consolide le groupe. (…) à ce stade, le mégalomane demeure peu dangereux … »

Les choses changent toutefois très vite dès que le mégalomane se pense ou se sait entouré :

« Mais – seconde phase – que, tout à coup, les circonstances changent et qu’une bonne fortune mette le personnage en situation de responsabilité, le climat varie aussitôt. Fini l’amusement. Toutes les potentialités du mégalomane se déploient. La petite cour du départ agrège une clientèle beaucoup plus vaste qui voit là s’ouvrir une nouvelle carrière à des appétits jusque-là contenus. »

Plusieurs changements se produisent alors, peut-on lire sur www.psychologies.com

« le mégalomane est toujours plus capable, plus savant que les autres ! Côtoyer un vrai mégalomane implique donc que l’on consente à s’effacer. Il se veut sans faille. Pas question de lui rappeler qu’en tant qu’être humain, il est nécessairement faillible. »

Mais la boite à outil du mégalomane est mieux garnie qu’on ne le croit.

« Le mégalomane pathologique sait très bien, à l’occasion, se présenter en victime : la plus grande victime que l’on puisse rencontrer, évidemment. Il prétend avoir subi tous les coups durs possibles et élève sa souffrance au rang d’instrument de pouvoir »

Quand le mégalomane entame cette phase, il est le plus souvent déjà passé à un autre stade pathologique : la Paranoïa. Celle-ci se caractérise alors, selon www.psychologies.com par les comportements suivants :

« la surestimation du Moi (orgueil et mégalomanie) ;

Des erreurs de jugement liées à un raisonnement logique sur des bases fausses reposant sur des a priori purement subjectifs ;

Une rigidité psychique ; une méfiance allant jusqu’au délire de persécution (le mal vient toujours de l’Autre) ;

Le dogmatisme (attitude intellectuelle affirmant des idées sans les discuter).

Le paranoïaque finit par s’enfermer dans un cercle vicieux persécuté-persécuteur. Son credo consiste à convertir les autres à ses propres idées. »

Alors ? Vous avez reconnu le ou les mégalomane(s) autour de vous ?

Publicités

9 responses to “De la mégalomanie en politique

  • Pink Panther

    Moi je reconnais tout de suite le maitre assassin de charactere, qui, dans son tout dernier elan, demontre en une personne tendance de la megalomanie.. Depuis le debut, il le ridiculise! Il le decrivait comme un Pravind Jugnauth, la tete dans les nuages, a tendance capitaliste.. Il s’en est pris a sa voiture.. Et puis il l’a decrit comme un Anarchiste, avec des faiblesses intellectuelles, incapable de mener un groupe reformateur..

    Enfin.. maitre assassin de charactere, nous savons que mis a part ton narcissisme, ton arrogance, ta meche rebelle, tu n’es qu’un pion dans une strategie malveillante..

  • Sarvam

    C’est la raison pour laquelle les grandes démocraties au monde ont inclus dans leur systeme une limitation de mandat que ce soit pour la Presidence ou le poste du Premier Ministre. En extrapolant je pense que les sociétés religieuses, les syndicats et d’autres regroupements auraient du inclure cette limitation de mandat dans leur reglements.

  • Rabin

    Vous êtes libre de reconnaître qui vous voulez, Pink Panther. Je ne peux toutefois que vous rappeler que je n’ai cité aucun nom!
    Si la description pathologique de la mégalomanie et de la paranoïa vous fait penser à quelqu’un…allez le dire à la personne, pas à moi!
    Sinon je suis maître de rien…sauf de ma liberté de penser et de dire. Alors, votre appréciation de mes motivations ne m’intéresse pas.
    Pour revenir à la tonalité générale de votre commentaire, vous devez sans doute le savoir: qui s’excuse…s’accuse!

  • Pink Panther

    Je vois vos strategies et cela se sait deja.. les gens ne sont pas a ce point dupes! Mr Always Right Never Wrong c’est vous RB 🙂

  • Pink Panther

    Unless… of course.. you are mandated to change strategy 🙂 Vous etes libres tant que vous etes en ligne avec l’objectif de ceux qui vous embauchent 🙂

  • Rabin

    Dans le genre « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais« , je dois avouer que vous êtes pas mal ! Continuez donc à m’accuser… vous serez encore plus crédible dans votre rôle de dénonciateur « d’assassin de charactere« !!!

  • Pink Panther

    P.etre que j’aurai mieux fait d’etre redac en chef la ou vous etes.. mais je n’aime pas faire cela.. en ce qui vous concerne, je n’eprouve aucune pitie de dire la verite.. pfff

  • Rabin

    Faites donc! En n’oubliant pas que « la critique est aisée mais l’art est difficile. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :