Le syndrome Mitterrand

Version texte de mon édito radio de ce matin sur Radio One.

Entendons-nous sur la question. La vie privée des hommes politiques leur appartient. Le lecteur ou l’auditeur que vous êtes n’a donc pas à savoir si untel a trois maîtresses, si l’autre a un amant ou encore si un troisième aime un peu trop la bouteille.

L’intérêt public exige toutefois que les incompatibilités flagrantes entre la vie privée et l’action publique d’un homme politique soient connues des citoyens. La même transparence s’impose si des éléments de la vie privée d’un homme publique le rendent inapte à assumer pleinement une responsabilité nationale.

Ainsi, le cas de figure suivant sert souvent à illustrer la chose. Un homme politique marié, apprenant la grossesse de sa maitresse, convainc et aide cette dernière à se faire avorter à l’étranger. En temps normal, ceci est une affaire strictement privée. Circulez, il n’y a rien à voir !

Mais extrapolons. Le politique en question appartient à un parti conservateur, qui prône le retour aux valeurs familiales et au strict respect des règles religieuses. Il s’est d’ailleurs fait élire sur ces thèmes. Peut-on encore penser que le respect de la vie privée l’emporte ? Ou alors, doit-on se demander, dans ce cas, si les électeurs n’ont pas le droit de savoir pour qui ils ont réellement voté ?

Si ce cas de figure n’est que théorique, il y en a un autre qui a, lui, marqué les esprits. Il s’agit de la maladie de l’ancien président français Francois Mitterand. A qui on avait diagnostiqué un cancer de la prostate dès le début de son premier septennat en 1981.

Chose qu’il avait habilement omis de dire aux français au moment de leur réclamer un deuxième mandant en 1988 ! Seize ans après la mort de Mittterrand, journalistes et historiens français s’interrogent toujours sur l’influence que la maladie de l’ancien président a eue sur son action politique.

Nous n’avons pas le loisir du temps toutefois à Maurice. Voici plusieurs mois que les salles de rédactions bruissent de rumeurs sur l’état de santé du Président. Pudiquement, les journalistes ont jusqu’ici évoqué son état de santé fragile.

Mais depuis dimanche les choses ont changé. Il a été admis en clinique. Et a subi, croit-on comprendre, une intervention au niveau de la prostate.

Sir Anerood jugnauth n’est pas un citoyen comme un autre. Il est le chef de l’Etat et si l’on en croit Paul Bérenger et Pravind Jugnauth, il a agrée en principe, de se présenter comme Premier ministre dans le cadre d’une alliance MSM/MMM.

Les citoyens ont besoin de comprendre de quoi souffre leur président. Tout comme les supporters d’une alliance MSM/MMM ont le droit d’exiger de savoir si leur futur chef de file est en mesure d’assumer encore une fois d’importantes responsabilités politiques.

Depuis dimanche, l’état de santé du président de la république n’est plus une affaire privée…mais bel et bien publique !

Publicités

2 responses to “Le syndrome Mitterrand

  • Mauritius Blog List

    Et quid de l’etat de sante du premier ministre?

  • Rabin

    On entend des choses…
    Mais on ne peut pas en parler tant qu’il n’y a pas un fait constatable, comme par exemple, une admission en clinique suivie d’une intervention chirurgicale, comme cela a été le cas pour SAJ.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :