Quand le bruit cessera…

Flash forward. Nous sommes le 25 octobre 2011. La crise politique de juillet/août est derrière nous. Le Parlement a repris ses travaux mardi dernier. À cette occasion, les railleries et  quolibets auxquels on s’était attendu ont fusé des deux côtés de l’hémicycle. Désormais, la récréation est finie. Il y a des projets de loi à débattre et surtout le vote du budget 2012 en ligne de mire. Il sera présenté dans moins d’un mois…

En coulisse, au ministère des Finances, on prend la mesure du retard accumulé. La « dignité »  du MSM et l’irresponsabilité de son leader ont coûté 12 jours de « business as usual » au ministère. Près de deux longues semaines se sont en effet écoulées entre la démission des six ministres MSM le 26 juillet et la prise de contact du nouveau ministre des Finances, Xavier Duval, avec son staff, le lundi 8 août. Il faudra bien que quelqu’un présente l’addition de sa légèreté à Pravind Jugnauth un de ces jours…

L’opinion publique a, en tout cas, déjà envoyé sa facture au patron du MSM. Son parti est complètement démonétisé aux yeux des citoyens. Au Parlement, et même en dehors, le MSM n’est désormais qu’un parti loyal… envers tout le monde ! Même avec sa dizaine de députés, le parti Jugnauth ne pèse plus bien lourd. Il est, par conséquent, condamné à s’accrocher au MMM ou au Parti travailliste pour ne pas s’installer durablement dans le fameux « karo kann » politique.

Mais voilà, ni le MMM, et encore moins le Parti travailliste, ne veulent lancer une bouée au noyé politique en puissance qu’est désormais Pravind Jugnauth. Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont d’autres préoccupations. Les mauvaises langues prétendent que l’alchimie si complexe entre eux va inévitablement les rapprocher. Mais encore faut-il savoir autour de quoi. Un projet d’alliance ? Ou de réforme ?

Flash-back cette fois-ci. Nous sommes le 1er mai 2011. À quelques minutes de la fin de son meeting, Paul Bérenger dit souhaiter un  rééquilibrage des pouvoirs du président de la  République et du Premier ministre. Le jour du remaniement de l’équipe ministérielle de Ramgoolam, le 6 août, le patron du MMM a précisé sa pensée en réaffirmant sa volonté de participer à une grande réforme institutionnelle comprenant celle de notre mode de scrutin.

Bien qu’il n’ait pas fait de grande déclaration de politique générale à ce sujet, le Premier ministre a poursuivi discrètement, au fil des mois, toute une série de consultations au sujet d’une grande réforme. À l’étranger, le très respecté constitutionnaliste français Guy  Carcassonne s’est intéressé à notre système électoral et institutionnel. À Maurice, l’avis de Rama Sithanen a été sollicité sur certaines possibilités de réforme de notre mode de scrutin.

Une telle réforme représente un intérêt certain pour Ramgoolam et Bérenger. D’une part, le Premier ministre pourrait obtenir ce qu’il a régulièrement souhaité : davantage de pouvoirs pour exercer ses fonctions. D’autre part, les leaders des deux partis les plus importants du pays peuvent être certains qu’une dose (petite ou forte) de proportionnelle accroîtra la représentativité du Parti travailliste et du MMM au Parlement à l’issue d’un prochain scrutin national. Avec ou sans le soutien du MSM, en comptant sur celui du PMSD et du MR, Ramgoolam et Bérenger pourraient, dans les mois à venir, faire voter cette grande réforme. Moyennant, au préalable, d’intenses sessions de travail et des débats pour boucler un projet
acceptable aux yeux des deux partis.

Politiquement, cette avancée pourrait receler un avantage encore plus crucial pour  Ramgoolam et Bérenger, en les affranchissant de la règle non écrite qui veut qu’une élection générale ne se gagne qu’à l’aide d’une alliance électorale. Ramgoolam avait eu des velléités de « three cornered fight » en 2010. Tandis que Bérenger, selon ses proches, rêve d’une telle configuration pour enfin prouver ce que vaut le MMM.

Paradoxalement, en ce 25 octobre 2011, les souhaits et intérêts concordants de ces deux hommes pourraient ouvrir la voie vers cette grande réforme. Qui se fera, selon toute vraisemblance, sans la collaboration et le vote du MSM. C’est vrai qu’une dose de proportionnelle peut garantir la représentativité des petits partis au Parlement. Mais le MSM peut-il encore prétendre disposer d’un soutien populaire suffisant pour être appelé un « petit parti » ?

Publicités

One response to “Quand le bruit cessera…

  • Tomato

    The more things change, the more they stay the same. The PTr is still in power, the MSM is still unpopular and at the mercy of the large parties, and the MMM is still the eternal party of opposition seeking electoral reform.

    On electoral reform, I propose a system that I call the Battle Royale scheme. Place prospective candidates on a remote island with no food or water, but one weapon. The last one standing wins. I believe there are enough « rodeur bouts » that the TV rights could be sold across the world. Not sure if Borda or Condorcet would approve if they were alive though.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :