Cousin, cousine

Dekole, pa kole . Cela pourrait être le slogan de la nouvelle campagne du ministère du Tourisme… et de la Police concernant les affi ches politiques dans le pays. Depuis le début de cette semaine, le commissaire de police et ses hommes ont en effet eu fort à faire. Ces derniers ont ainsi dû décoller des centaines d’affiches à travers l’île. Offi ciellement, parce que les mentions légales ( notamment le nom de l’imprimeur et le tampon des collectivités locales) n’y figuraient pas. Il y a quelque chose de rageant dans le fait de savoir que des policiers, payés des deniers des contribuables, ont dû être déployés pour effectuer cette tâche insipide.

Si le MMM a admis sans ambages être l’auteur de la campagne « Zot mem vandé, zot même asté » , le MSM est, quant à lui, resté plus évasif. Ce qui est certain, c’est que le Parti travailliste, à travers sa responsable de communication, Nita Deerpalsing, a assuré à Radio Plus ne pas être à l’origine du slogan « Kouzin kouzine pe tapp plein » . Qui visait à rappeler le rôle du leader du MMM, Paul Bérenger, dans le « mari deal » d’Illovo en 2001, quand il était ministre des Finances.

La police, qui a agréablement surpris plus d’un par sa célérité et son étonnante capacité à cueillir une vingtaine d’évadés en quelques jours, peine cette fois- ci à retrouver le ou les personnes à l’origine de la déferlante d’affi ches dans le pays. Aucune contravention n’a été dressée. Aucun suspect traduit en justice. L’affaire a donc été déchirée… sans suite. Pourquoi ?

C’est que quelque part, la querelle à laquelle se livrent le MMM et très probablement le MSM, par affi ches interposées, est stérile et risible. D’abord parce que les auteurs de la campagne « kouzin, kouzine » manquent de jugeote. Pravind Jugnauth et Maya Hanoomanjee n’étaient-ils pas respectivement ministre de l’Agriculture et haut fonctionnaire du même ministère en 2001 quand le « mari deal » d’Illovo a été conclu ? Tandis que sir Anerood Jugnauth, alors Premier ministre, endossait l’entière et pleine responsabilité politique de cet accord. S’il y a eu maldonne, si des « kouzin, kouzine » ont effectivement touché le jackpot, les Jugnauth et Hanoomanjee ne sont-ils pas donc carrément complices d’une opération visant à faire profiter des proches du régime d’alors de la générosité de l’Etat ?

Au pouvoir depuis juillet 2005, le Parti travailliste a eu amplement le temps d’étudier les tenants et aboutissants du deal Illovo. On peut donc présumer que si – revanchard comme il est – Navin Ramgoolam n’a pas jugé utile de remettre en cause le deal de 2001, c’est que celui-ci n’est pas fondamentalement contraire aux intérêts de l’Etat. Au pire, c’est une bonne affaire pour les sucriers ayant cédé leurs terres. Là encore, ces choses-là arrivent en affaires.

Ce qui arrive moins souvent, par contre, c’est qu’un acheteur soit mécontent du prix trop bas que lui propose le vendeur. Et qu’il demande que celui- ci soit réévalué… à la hausse. C’est à peu près ce que Paul Bérenger dit détenir, entre autres, comme information autour du rachat de la clinique Medpoint par l’Etat. Mais on peine à comprendre la parcimonie avec laquelle le leader mauve distille ses informations.

La stratégie politique de Paul Bérenger est en effet très floue. Pourquoi n’a- t- il pas remis les preuves et informations en sa possession à l’ Independent Commission against Corruption ? Pourquoi n’a- t- il pas rendu public les pièces qu’il détient et qui tendent à démontrer que l’opération d’achat est entachée de soupçons de confl its d’intérêts ? Attend- il patiemment la rentrée parlementaire du 22 mars – cela revient à patienter près de deux mois – pour réclamer des éclaircissements à travers une Private Notice Question ?

Des cadres du MMM affirment que tout cela fait partie d’une stratégie bien pensée. Elle est, en tout cas, diffi cile à comprendre. Ce que nous pensons, par contre, c’est que Bérenger est sans doute un grand nostalgique. Voire un grand opportuniste. Pratiquant du « tout est possible » en politique, il se peut encore que le leader du MMM songe à un raccommodage avec le « ti frère » Pravind Jugnauth ou avec « l’ami » Navin. C’est peut- être cela, le « mari deal » auquel aspire Paul Bérenger.

D’autres commentaires sur cet édito.

Publicités

3 responses to “Cousin, cousine

  • Bruno

    La stratégie politique de Paul Bérenger est en effet très floue. Pourquoi n’a- t- il pas remis les preuves et informations en sa possession à l’ Independent Commission against Corruption ?

    Peut etre parce qu’il ne croit pas en l’ICAC et qu’il ne veut pas causer d’ennuis a son informateur.

    Attend- il patiemment la rentrée parlementaire du 22 mars – cela revient à patienter près de deux mois – pour réclamer des éclaircissements à travers une Private Notice Question ?

    Quand on est dans l’opposition, il est difficile de retenir l’attention des medias, et il faut bien donner des informations a petite dose pour rester dans le limelight. Wikileaks le fait bien avec les cables diplomatiques, n’est-ce pas? Pourquoi epargner Wikileaks et tomber sur Paul, alors que les deux adoptent la meme delaying tactics?

  • Rabin

    J’entends bien l’argument selon lequel il faut retenir l’attention des médias. Et justement, je pense qu’avec plus de 40 ans d’expérience avec eux, Paul Bérenger s’y prend comme un néophyte. Qu’est-ce que c’est que cette manie de communiquer à heure fixe les samedis? (comme ci c’était un rendez vous pour qu’un hebdomadaire précis en fasse ses gros titres). Il y a une semaine Paul Bérenger durant sa conférence de presse parlait de son inquiétude sur l’état de santé de Mandela. La MBC a utilisé UNIQUEMENT cette partie pour son compte rendu du JT. A croire que Paul Bérenger ne sait pas que trois mauriciens sur 4 utilisent la MBC comme PRINCIPALE source d’information. KNOW YOUR AUDIENCE disent les gourous du spinning. Je me refuse à croire que le leader du MMM ne connait pas ce mantra de la communication politique.
    Pour moi, la seule réussite communicationnelle du MMM durant ces derniers jours est ce slogan « Citoyen revey toi ». Je crois savoir que c’est l’oeuvre des jeunes du parti. Bérenger ne communique pas sur cette idée. Il est coincé dans son rôle, son style. Je ne sais pas qui le conseille en comm; en tout cas cette personne fait TRÈS MAL son travail.
    Question timing, je ne suis le conseiller de personne, mais j’aurais dis qu’il y a 1000 manières d’occuper l’espace médiatique avec un discours intelligent et constructif en ce moment aussi bien sur les affaires Medpoint et Infinity qu’avec ce qu’il se passe à Tunis ou au Caire.
    La semaine dernière j’ai pensé écrire un blog par rapport à la stratégie de comm du MMM. Je vais l’écrire cette semaine je pense…

  • Tomato

    Perhaps, « Citoyen revey toi » should have been « Paul revey toi »?

    My initial thought was to post a comment to say that surely everyone knows about this and that those who would be outraged by this deal are already. After all, one only needs to browse the comments on various newspaper web site articles on this matter. Then I realised that I was wrong.

    A few months back I met up with a Mauritian family that I know, while in the UK. My friend’s mother was on holiday from Mauritius, a Hindu in her 60s at a guess, perhaps a little younger. When the conversation inevitable moved on to the topic of politics, I made a remark that I was rather shocked that the PM made that infamous comment at the Quatre-Bornes rally. She was visibly upset and denied that this happened. This made me realise something very important. There are many adults in Mauritius who have little or no education, through no fault of their own I should add. It wasn’t too long ago that most parents could only afford to send at most one child to school, if that. It’s these types of voters that I suspect win you an election, and I agree that to reach them, particularly those of Hindu faith, the MMM need to better make use of state media, as it is this demographic’s primary source of news.

    The middle classes, the young and those who are educated, will likely be concerned by the deal and want the government to make further clarifications. If it is a dubious deal (and I emphasise if), they are likely to consider it when voting. The masses, however, will not when the political agents appeal to their religious and cultural ideologies and bring gifts of free laptops and what not. While it would be easy to criticise many for falling into the trap, can anyone blame them? The lure of the free buses and the free laptop for school children is enticing to many and is perceived as having a huge impact on many families’ lives. The irony is that allegations surrounding Medpoint should resonate with the have-nots more than the haves.

    I’m not sure how the MMM address all this. I suspect it needs to drop this obsession with a PTr-MMM coalition, as Ramgoolam has the popularity to carry the MSM for now. Perhaps the MMM needs a new leader? Events from now up until the next election would provide the opportunity to connect with the public and lead an effective opposition. I don’t think Tonton Paul has any political capital to cash in with the voters.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :