La solitude de SAJ

Il est bien seul, le président de la République. Depuis le décès du vice-président Angidi Chettiar, sir Anerood Jugnauth (SAJ) et d’autres Mauriciens se posent une double question. Qui va remplacer le brave Angidi ? Et surtout, conservera-t-on le poste que ce dernier a occupé jusqu’à 20h30 ce mercredi ? Une personne, une seule, a des éléments de réponse : le Premier ministre. Mais encore faut-il que Navin Ramgoolam ait commencé à réfléchir à la question !

Dans le cadre de ce type de remplacement, l’équation à résoudre est complexe. Mais elle peut néanmoins être posée clairement. Les éléments à prendre en compte sont en effet connus. Il y a d’abord la perception. Ramgoolam aurait lui-même identifié en toute lucidité le problème il y a quelques mois. Le Premier ministre, l’un de ses adjoints et la Présidence sont tous issus de la même ethnie…plus précisément de la même caste. Nommer le même type de profil en remplacement de Chettiar ne ferait alors qu’accentuer cette perception. Le prochain vice-président, s’il y en a un, risque donc fort ne pas être un membre de la population majoritaire. Il faudra chercher ailleurs.

Mais où ? Si le fait que le vice-président doit provenir d’une frange minoritaire de la population apparaît comme une évidence, il est par contre moins aisé d’identifier celle-ci. Ramgoolam n’est pas sans savoir que Rashid Beebeejaun ne jouit pas d’une cote de popularité folle auprès de l’électorat traditionnel travailliste. Il est donc très peu probable qu’il installe à la vice-présidence une personne ayant le même profil. Car il risquerait alors d’étayer la thèse selon laquelle l’actuel numéro 2 du gouvernement exerce une trop grande influence sur lui.

Restent donc deux profils susceptibles de faire l’affaire. D’abord l’évidence. On ne remplace pas une pomme par une poire. Si un Chettiar quitte la scène, il serait logique qu’on le remplace par un autre travailliste provenant de la même minorité. Ce serait là un signal fort renouvelé à l’intention d’une composante de la population dont on dit que la couleur du coeur oscille entre mauve et rouge.

Toutefois, sur papier, la carte Chettiar bis semble n’être qu’un second choix pour le Premier ministre. En effet, voici plus de cinq ans que Ramgoolam joue avec l’idée de réaliser un coup politique en nommant un membre de la population générale au Réduit. La place étant prise par SAJ jusqu’en 2013, Ramgoolam peut être tenté de se rabattre sur la vice-présidence pour marquer les esprits. L’enjeu, c’est la consolidation de l’image de son gouvernement auprès de la population générale. Qui, à raison sans doute, considère qu’elle est insuffisamment représentée aux plus hauts échelons de l’Etat. Malgré la présence de Xavier Duval au front bench du gouvernement. L’heure d’installer un Karl Offman bis – mais travailliste cette fois – à la viceprésidence a peut-être sonné.

Voici donc de quel côté penche la balance. Toutefois, Ramgoolam demeure un décisionnaire imprévisible. Capable d’audace dans ses choix. Et si finalement le Premier ministre décidait de remplacer une pomme… par une poire? Et si Chettiar laissait finalement sa place à une personne pas si différente de lui. Un autre compagnon de lutte et ami de sir Seewoosagur Ramgoolam. Mais qui aurait une particularité par ailleurs: celle de provenir de la minorité laissée officiellement orpheline au Parlement depuis la fin de mandat de Sylvio Tang.

Tout est possible. Toutefois, ce qui le semble moins, c’est l’abolition de la vice-présidence. On l’a vu, cette fonction est trop stratégique, trop utile pour satisfaire tel ou tel électorat, voire récompenser un proche, pour être rayée de nos institutions. Au diable donc les arguments faisant valoir que ce poste coûte inutilement cher à l’Etat. SAJ est bien seul. Mais quelque part, il doit savoir qu’il ne le restera pas longtemps.

D’autres commentaires sur cet édito

Publicités

6 responses to “La solitude de SAJ

  • F.

    Quelle fraiche analyse. On pourrait penser que le poste a des chances de rester vacant si les velléités a demi-avouées de changer de régime constitutionnel persistent chez les dieux du Bâtiment du Trésor. Mais dans un premier temps, il se pourrait bien qu’un ‘notable’ quasi-grabataire venant des groupes minoritaires soit nommé.

    Pourtant l’orgueil, la réticence ou la prudence, toutes légitimes probablement, de certains les ont fermé les portes du Réduit- et ‘dieu’ seul sait si la politique mauricienne aurait changé, s’ils avaient accepté. Comme le nez de Cléopâtre. Mais tous les jeux politiques, tous les régimes sont condamnés a s’empêtrer dans les magouilles casteistes dans notre isle.

  • Rabin

    Sur lexpress.mu, certains lecteurs n’ont pas vraiment apprécié le coté direct de cet édito. En me reprochant d’avoir recours à une grille d’analyse ethnique et casteiste dbnt je reproche justement aux autres l’utilisation. Je peux comprendre ces personnes.
    Toutefois, taire le « calcul ethnique » qui fera qu’on nommera untel plutôt que tel autre à la vice-présidence n’aide pas à faire avancer le débat. Je pense, et cela n’engage que moi, que plus on parlera des calculs ethniques et de leurs effets, plus l’on aidera les Mauriciens à prendre conscience à quel point ce facteur prend de la place dans les décisions de nos politiques.

  • F.

    Effectivement, c’est une sorte d’éducation. La démocratie sans éducation, ça ne marche pas, et ça ne vaut rien.

    L’hypocrisie de beaucoup a ce sujet est patente. Les gens ne sont pas conscients de l’ampleur des déclarations du l’Hon. Min. C-. Il vaut mieux dire les faits que les cacher sous le pieux prétexte d’une unité fantoche. L’éducation politique de la masse doit se poursuivre a tout prix.

  • Bruno

    Seul chose que l’on peut etre sur de: Ramgoolam prendra son temps pour se decider. SAJ sera seul pour encore un peu de temps, sauf scandale majeure et besoin pressant de « divert the public attention ». 🙂

  • Torpedo

    Pour faire bonne mesure et tuer tous les arguments de division que sèment vos adversaires, à quand un dossier sur les divisions au sein de:
    – de la communauté sino-mauricienne
    – de la communauté euro-mauricienne (bann blanc-la, specialement pour notre inénarable Deva Virahsawmy)
    – des Rodriguais
    – des TTM (tamil, telugu, marathi)?

    On dirait qu’il va y avoir une pénurie d’alumettes…

  • yash

    i est imperatif zt PM nom un tamil comme vc President cz les tamoul sont deja neglige par le gov avek un seule elu e le mem ministre car dan le ancien gov we hd 2 ministre(valayden attrney) n pena oken tamoul dan front bench gov.. n difficult choice pou ramgoolam bt names like kadress pillay,r mre likely despite pillay hd a bad political past as he supportd mmm in 2000 election..w’ll see..thnks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :