Ki pou dir ?

Une version française du texte se trouve plus bas.

Nou bizin aret fer ipokrit. Finn ariv ler nou essay sanz bann zafer ki nou ankor kapav sanze dan nou pei.

Dimans dernie, bien malgre li, minis Mookhesswur Choonee finn montre antie Moris a ki pwin li fasil diviz nou sosiete. Dan enn diskour, li finn dir klerman ki sertin sitwayin nou repiblik ena plis drwa ki lezot. San ki li rann li kont, li finn andomaz enn tipe lape interetnik nou pei. O nom bann lozik casteistes, akoz presion bann organizasion sosiokiltirel, Premier minis Navin Ramgoolam pa pou fer li narien. Pou le moman, Choonee pou gard so minister. Nou en plin dan seki nou pa kapav sanze dan nou sosiete. Seki nou pa kapav sanze tou deswit.

Me ena kiksoz ki paret pe evolie. Enn zour apre ki so koleg Choonee finn fane, minis ledikasyon Vasant Bunwaree finn montre lekzamp. Lindi, li finn anons ki nou langaz, Morisien, pou rant dan bann lekol. Nou bann zanfan pou kapav aprann li. Se enn gran pa an avan. Ki montre lespri progresis minis Bunwaree. Ek so volonte pou pa laiss li dikte par bann lobi ki refiz devwal zot lintere. Ek ki azir parski zot krwar ki si nou montre nou bann zanfan langaz Morisien dans lekol, zot pou an danze. Zot kiltir pou menase. Sa li enn fos krwayans.

Dan so lanons minis ledikasyon finn poz enn kestion bien interesan. Li finn dimann si li pa ti pou pli korek si nou servi mo « Morisien ». Olie Kreol morisien. Enn term ki melanz enn lidentite etnik ek langaz ki nou tou morisien koze. Ou, lekter sa magazine la, ou konne ki nou finn privilezie enn lapross. Pou nou, langaz ki tou dimounn nou pei koze se Morisien. Donk nou dakor ek minis Bunwaree lorla.

Avek lepisod Choonee, nou finn trouve a ki pwin li fasil diviz sa pei la. Alor, nou bizin fer an-sort ki nou langaz nasional li vinn enn fakter inifikation ek apezman dan nou sosiete. E non enn lot rezon diviz nou ankor. Enn an de sela, Fédération des Créoles Mauriciens finn dir ki bizin introdir « Kreol morisien » dans lekol parski li « lang ansestral bann kreol » et selma apre « lang maternel ek lang kominikasion tou bann morisien ». Zot ti ousi dir ki « drwa bann zanfan Kreol a zot langaz li enn drwa lingwistik ek kiltirel ». Me parey kouma Premier minis ek gouvernma nou pei, zot pa apartenir an priorite a enn caste ou enn kominote. Parey, nou lang nasional li pa kapav apartenir a enn kominote dabor.

Kestion bann lang li finn totalman politise ek etnisize dan Moris. Ziska enn pwin kot tou etni ek tou kominote finn bizin gagn so « speaking union ». Gouvernman kapav dir seki li oule. Me sa politik morselman nou bann identite lingwistik la pa pe ed « nation building ». Eski enn Manoj interes li avek bann aktivite « Urdu Speaking Union » ? Eski enn Alexandra pou anvi vinn enn mam aktif « Tamil Speaking Union » ? Non. Parski zot anvi pler tou dimounn, nou bann gouvernman zame pou anvi kre enn sel Institi Nasional de Lang. Pourtan samem ti pou solision pli swetab.

Bann gouvernman pa finn fer sa, parski a sak fwa zot finn zis reflesi an term ki bout pou donn ki sann la. Sakenn so pouvwar rest dan so lame…tou dimounn kontan. Finn ariv ler pou gouvernman montre lekzamp ek adopte denominasion Morisien pou nou lang nasional. Sa pou enn signal for ki pou ed dedramatiz ek dezetnisiz nou relasion avek nou bann lang. Moris dan enn letap krisial so developman ekonomik. Nou finn bien flatt nou mem pou dir ki nou biling : angle/franse. Sa nepli asse !

Lavenir ekonomik Moris li trouve dan Lasinn, Lind, Larissi. Bizin « Go East ». Nou bizin mazinn tou sa bann lavantaz ki ena pou appran sa bann lang la. Enn François ki appran hindi dan lekol, kolez ek liniversite kapav vinn enn « Liaison Officer » group indien Tata dan Moris. Parey kouma enn ti Ejaz kapav vinn enn redoutab negosiater komersial enn gran group morisien ki al fourni li dan lasinn. Si nou rest lor nou mantalite aktiel, zis Meilan ki pou al appran mandarin. Zis Sarita ki pou appran hindi. Ek si nou ekout bann revandikasion etnik, dimin zis Jason ki pou appran « Kreol Morisien » dans lekol. Li pou desolan si arriv sa !

Boul dan kamp gouvernman. Li bizin desid ki signal li pou avoye. Bann pessimis pou dir ki bann lobi ek bann presion etnik bien for dan pei. Donk zot pou gagne. Nou prefer mett nou dan kan bann optimis…

Que dirons-nous ?

L’hypocrisie doit cesser. Il est temps que l’on essaye de changer ce qui peut encore l’être dans notre pays.

Dimanche dernier,  le ministre Mookhesswur Choonee a démontré bien malgré lui à quel point il est facile de diviser notre société. En effet, dans son discours, il dit clairement que certains citoyens de la République on davantage de droits que les autres. Sans s’en rendre compte, il a nuit, dans une certaine mesure, à la paix interethnique du pays.

Au nom de logiques castéistes, mais aussi à cause de la pression des organisations socioculturelles, le Premier ministre Navin Ramgoolam ne sanctionnera pas Choonee. Il conservera donc son ministère pour le moment. Cet épisode met en lumière tout ce que l’on ne peut pas changer dans notre société. Tout ce que nous ne pouvons changer…pour le moment.

Ailleurs, toutefois, les évolutions sont notables. Un jour après la bourde de Choonee, son collègue Vasant Bunwaree a, lui, montré l’exemple. En annonçant, lundi, que notre langue, le moricien, fera son entrée à l’école. La langue maternelle de nos enfants leur sera bientôt enseignée.

Ce grand pas en avant démontre la vision progressiste du ministre de l’éducation. Mais aussi sa volonté de ne pas laisser des lobbys lui dicter sa conduite. Ceux-ci refusent de dévoiler leurs intérêts. S’ils sont hostiles à l’enseignement du morisien, c’est parce qu’ils pensent que cela les met en danger. Et menace leur culture. Rien de plus faux !

Lors de l’annonce, Bunwaree a posé une question très intéressante. Il s’est interrogé sur l’opportunité d’utiliser le mot « morisien » au lieu de « kreol morisien. » Un terme qui donne à notre langue nationale une connotation ethnique.

Les lecteurs de l’express-dimanche savent que nous privilégions le morisien. Car il renvoie au fait que cette langue est parlée de tous à Maurice. Nous ne pouvons donc que soutenir le ministre Bunwaree s’il choisit d’aller dans cette direction.

A la suite de l’épisode Choonee, nous avons constaté avec quelle facilité nous pouvons diviser le pays. Nous devons désormais faire de notre langue nationale un facteur d’unification et d’apaisement dans notre société. Et non une énième raison de divergences entre citoyens.

Il y a un an, la Fédération des Créoles Mauriciens réclama l’enseignement du « Kreol morisien » dans les écoles. D’abord parce que c’est « la langue ancestrale des créoles » et seulement ensuite « la langue maternelle et de communication de tous les Mauriciens. » La FCM n’avait également pas manqué de dire que cette langue est un « droit linguistique et culturel » des « enfants créoles ». Nous ne pouvons être d’accord avec cette approche. Le Premier ministre et le gouvernement de ce pays n’appartiennent pas en priorité à une caste ou une communauté. Par analogie, notre langue nationale ne peut appartenir prioritairement à une communauté.

La question des langues a été totalement politisée et ethnicisée à Maurice. Désormais, chaque ethnie et communauté du pays est propriétaire de son « speaking union ». Le gouvernement pourra dire le contraire, mais sa politique de morcellement de nos identités linguistiques n’aide pas au « Nation Building ». La preuve : un Manoj s’intéresse-t-il aux activités de la « Urdu Speaking Union » ? Une Alexandra aura-t-elle envie d’être membre actif de la «  Tamil Speaking Union » ? Non.

Nos gouvernements successifs, obnubilés par leur besoin de plaire à chaque groupe, n’ont jamais songé à créer un unique Institut National des Langues. Pourtant c’est la solution qui paraît la plus censée. Les gouvernements ne l’ont pas fait parce qu’ils ont privilégié l’approche clientéliste. Donnant à chaque groupe un peu de pouvoir afin d’acheter leur silence. Mais il est désormais temps que le pouvoir montre l’exemple en appelant notre langue nationale le morisien. Cela constituera un signal fort qui va aider à dédramatiser et desethniciser notre relation avec les langues.

Le pays traverse une phase cruciale de son développement économique. Nous nous sommes suffisamment flattés d’être bilingue français/anglais. Mais cela ne suffit plus ! Notre avenir économique se trouve en Chine, en Inde et dans le bloc de l’Est. Il nous faut donc imaginer à quel point il serait bénéfique que nous apprenions leurs langues.

Un François apprenant le hindi à l’école, puis au collège et à l’université pourrait demain devenir l’agent de liaison du groupe indien Tata à Maurice. Tout comme un petit Ejaz pourrait devenir un redoutable négociateur commercial d’un grand groupe Mauricien faisant du commerce avec la Chine. Si toutefois, les mentalités actuelles persistent, seule une Meilan ira apprendre le mandarin. Et Sarital le hindi. Si les revendications ethniques l’emportent, demain seul Jason ira apprendre le « Kreol Morisien » Il serait désolant qu’on en arrive là !

La balle est désormais dans le camp du gouvernement. Il doit décider du signal qu’il enverra. Les pessimistes diront que les lobbys et pressions ethniques sont puissants. Que donc, ils gagneront. Mais nous préférons nous placer résolument dans le camp des optimistes…

Publicités

2 responses to “Ki pou dir ?

  • Torpedo

    moi ze dji k’il fo une « Frankreyol Isspiking Unyion » pou lé freunçé potiss kom moi… 😀 Ze peunse k’il fo défann mon droit de peurlé kom zeu veu en attaquant ceux des autres, et j’emmerde ces connards de deux sous qui se prennent pour des donneurs de leçons (non-particulières et gratuites) 😀
    Pourvu qu’ça dure!

  • Rory G

    D’abord, je tiens a feliciter Rabin de son initiative courageuse. Chapeau bas…
    A propos du Kreol, je prefererais reprendre la logique shakespearienne du « what’s in a name? » pour defendre le fait que toute appellation du monde ne vient que maquiller un probleme plus profond. Si le ‘Kreol’ mauricien porte cet epithete, c’est bien parce qu’il le doit a quelque chose. tout phenomene linguistigue n’apparait de lui-meme, ne surgit pas d’un neant: il est nomme par son histoire, par l’histoire d’une ethnie, et finalement, par celui de tout un peuple… enfin, tout cela pour dire qu’on ne guerit pas la folie meurtiere en detruisant le patrimoine de l’esclavage…de meme, on n’apaise pas les frictions sociales en rebaptisant notre langue. et puis, ne sommes-nous tous pas creoles? n’est-ce pas notre identite premiere? un debat autour d’une langue est un dialogue de sourd… ou de muet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :