Veux-tu être mon ami ?

Une campagne électorale c’est une drôle de période. Pour les candidats d’abord, bien sûr. Pour les citoyens aussi, sans doute. Mais aussi pour nous, les journalistes. Pour que vous sachiez ce qui se passe durant une campagne, je vais vous raconter une histoire de fantôme.

Hormis les quelques énergumènes (d’un parti politique particulier) l’essentiel des candidats et politiques qui battent la campagne tiennent à une chose : faire copain-copain avec les journalistes !

J’ai ma petite théorie sur la question. Avant de vous l’exposer, je dois toutefois faire appel à votre mémoire. Casper, le gentil fantôme. Vous connaissez ? C’est ce dessin animé où un revenant sympathique dit à tous ceux qu’il rencontre : « je suis Casper. Veux-tu être mon ami ? » Ces politiques qui veulent faire ami-ami, je les appelle les Caspers. Je peux maintenant aborder le vif du sujet.

J’ai identifié deux sortes de Casper. Il y a d’abord le Casper tout nouveau tout beau qui vient d’être jeté dans la marmite. On le reconnaît à des kilomètres à la ronde. Il ou elle a l’expression distinctive du lapin pris dans les phares !

Perdue, éblouie par le rythme de la campagne, sa dureté, sa cruauté parfois…la jeune pousse politique est bien obligée de donner le change afin de rassurer les vieux mammouths qui l’accompagnent sur le terrain. Tout en faisant croire à ses partisans qu’elle a la peau dure. Tout ce qu’on attend d’un politique, quoi !

Mais intérieurement, le nouveau Casper panique. Recherche à tout prix des regards et voix rassurants ou une petite phrase d’approbation. Bien souvent ces Casper là, voient dans le journaliste un « ami » tout indiqué. A qui ils peuvent dire leurs doutes ou raconter leur enthousiasme sans craindre d’être rabroués. Les journalistes leur servent aussi de thermomètres de la campagne.

En 2005, un Casper de l’alliance sociale m’avait ainsi bien fait rire. Dès qu’il me voyait dans un meeting, il accourait « eh Rabin, ki manière ? Couma to trouve lafoule ? Ki sondage terrain ? Circonscription cot moi ki to pé tandé là ? »* Sa situation était tout à fait confortable en 2005. Il a été élu mais le fait est que même s’il avait été dans une circonscription « abattoir », je ne lui aurais probablement rien dit de vraiment décourageant.

C’est ce que j’ai notamment fait avec un autre Casper, du MSM cette fois-ci toujours en 2005. Le jour de la présentation des candidats, on se parle et il se met à me décrire avec force détail comment lui et ses colistiers sont assurés d’un trois-zéro. Dans un fief travailliste du nord !!! J’ai dit « oui » à tout ce qu’il disait. Et je me souviens encore de l’expression de son colistier, un vieux de la vieille, levant les yeux au ciel en écoutant le discours aveuglément enthousiaste de son jeune partenaire. Pour la petite histoire, ils ont perdu la circonscription par 3-0!

Les nouveaux Caspers se retrouvent dans tous les camps, aussi bien chez celui du gouvernement sortant que de l’opposition. Mais il y a une autre sorte de Casper que l’on ne retrouve que chez les candidats du bloc de l’opposition lors d’une élection. Ce sont les Casper tacticiens. Ils croient qu’on ne les voit pas venir, mais ils se trompent.

Ces Caspers là ont une méthode usitée. Qu’ils soient anciens ministres, députés ou vieux routiers de la politique, ils procèdent de la même manière. Les travaillistes étaient dans cette position en 2005. Les MMM se retrouvent dans la même situation en 2010.

Pour eux, l’objectif à atteindre, c’est instaurer de la complicité entre lui et le journaliste. Le tutoiement est forcément de rigueur. Et la familiarité…n’en parlons même pas ! J’ai eu droit à quelques variantes du « hey Rabin, mo bien contan lire toi. To bann l’artik top ! »** Merci, merci. Mais ces compliments ne sont sans doute pas très sincères !

Leur jackpot, ils l’obtiennent quand le gouvernement sortant est hostile à la presse. C’est le cas en ce moment. Alors ils ne ratent aucune occasion pour envoyer un petit message de soutien pour dire à quel point ils sont d’accord au sujet d’une critique (adressée dans un édito) au pouvoir en place. Tout comme ils sont les premiers à reconnaître l’indépendance ou la liberté de ton du titre pour lequel vous travaillez.

Les Casper tacticiens croient toujours berner le monde. Mais ils finissent sans doute tous par réaliser que tout le monde voit au travers de leur jeu. Peut-être parce que personne n’est dupe. Car tous les journalistes savent que ces Caspers là, une fois élus, ou pire, une fois devenus ministres, oublient, pour la plupart d’entre eux, ceux qu’ils appelaient « mon camarade» durant la campagne électorale.

Je croyais tout savoir sur les Casper jusqu’ici. Mais la campagne 2010 m’a réservé un surprise. Je crois avoir découvert un nouveau genre de Casper !!! C’est le Casper Facebook. Celui là, il ne vous appelle pas et ne vous croise pas nécessairement dans les meetings. Mais se fait par contre un point d’honneur à vous envoyer un « friend request » sur Facebook.

Je pratique la plus grande tolérance et une éthique très simple sur Facebook. Je suis membre de TOUS les groupes des principaux partis politiques du pays. Mais je n’envoie jamais de « friend request » aux politiques. Toutefois, je ne refuse jamais par contre les leurs. Sauf dans deux cas : quand ils sont ouvertement racistes ou intolérants ou quand ils traînent derrière eux des casseroles par rapport à des affaires de mœurs ou de corruption. Car au final, je veux bien des Caspers parmi mes 500+ « friends » de facebook. Mais des Poltergeists, non merci !

* Eh Rabin, comment vas-tu ? Que penses-tu de la foule ? Quelle est la situation sur le terrain ? Qu’entends tu à propos de mes chances dans la circonscription ?

** J’aime beaucoup ce que tu écris, tes articles sont très bien !

Publicités

17 responses to “Veux-tu être mon ami ?

  • Bruno

    😛 Can I add you as friend on Facebook? It’s to stalk you! 😛

  • Sky

    Dans un autre de tes éditos, l’analogie portait sur les personnages d’Alice aux Pays des Merveilles… J’étais mort de rire. Avec les Caspers, pareil!
    Pourvu qu’ça dure!!

    PS: pourriez-vous, monsieur Rabin, avoir l’amabilité de publier / faire un « re-post » de l’édito mentionnant Alice au pays des merveilles, juste pour rappeler aux gens que « after all, this is just politics. »

  • Rabin

    Oh I’ll gladly add you, knowing that you can’t stalk me whilst being 10000km away! :-p

  • Rabin

    Très agréablement surpris que tu te souviennes de cet édito. Je l’ai reposté il n’y a pas si longtemps sur le blog. Je reposte le lien https://sansconcessions.wordpress.com/2009/10/23/alice-au-pays-des-merveilles/
    A l’origine je l’avais écrit de cette manière car la situation locale me semblait tellement incroyable qu’il fallait une manière un peu cynique pour raconter tout ca…

  • Stephen

    Rabin, I was almost about to start an appreciation society for you on Facebook, but I will refrain from this now!

    This is the first Mauritian election that I am following, so this question may seem a little odd, but do political parties here have the kind of spin doctors made famous by Mandelson and Campbell? The obvious answer seems to be no from the blog post. Maybe the politics here is too tribal for this?

    Also, to take a different viewpoint, how easy it for the media to influence the caspers, and more importantly policy?

    Someone needs to write a primer to Mauritian politics for foreigners! 🙂

  • Ludo

    Petite histoire,

    Pour la partielle au Numéro 7, en 2003 si ma mémoire est bonne. Je couvrais le déroulement des votes dans le plus petit bureau de vote de la circonscription. Comme j’etais laissé la pour toute la journée. j’ai fait un peu le tour de ce petit village pour discuter avec les habitants et aussi les agents des deux blocs. L’ambiance était cordiale. Ce jour là je me suis vu obliger de déjeuner 2 fois en l’espace d’une heure. Car les agents pu premier bloc m’avait offert… que dis- je forcer à gouter à leur briyani chaud-chaud et leur eski vert chaud aussi. 30 mins plustard des dholl puri etaient livrés à la base du deuxieme bloc et la impossible de dire non de peur que l’on m’accuse de favoriser un bloc.
    Couvrir des élections en tant que journaliste c’est vraiment quelque chose d’inoubliable et des fois on a de grosses frayeurs aussi. Mais ces souvenirs sont indélibiles.

    Bon courage à tous

  • Rabin

    Thanks for the comment Stephen. And thank you even more for not having started the society! :-p

    Spin doctors do exist in Mauritius. They are not full time employees of politicians though. Many of them have a full time job heading the national TV, working in consultancy firms, ad agencies or some even in the press!!! However, we do not have PR firms out there which specialise in political PR. And that’s a pity!

    Politics is not too tribal for the spin doctor stuff, actually due to the very fact that it’s so tribal, spin doctors come in very handy. But fact is: the vast majority of our politicians have learnt through old school methods in politics. So they tend to do the things they’ve learnt from elders.

    Some like Ramgoolam have resorted to foreign consultants. L’express dimanche recently carried an article on Ramgoolam’s French touch. And I also dealt with this issue in this post a couple of months ago.

    Some Caspers are easily influenced, some not. Some seasoned politicians who are no Caspers at all also listen very carefully to what some journalists say and think. So I cant make a sweeping statement about this one.

    As for the primer on politics, I’m afraid that this would be a 500 page document! 🙂 Would you read it?

  • Bruno

    Lol 🙂 6000 miles is not so far away these days 😛

  • Sky

    6,000 miles is an impossibly long distance when a volcano starts spewing out ashes… Ask the Liverpool fans 🙂

  • wendy

    combien y-a-t-il de journalistes qui resistent a la tentation de devenir « amis-amis » avec les politiciens?
    Tu serais peut-etre parmi les rares de la profession… c’est aussi cela ce que nous lecteurs nous attendons de la part des journalistes. Pas de copinage journalistes-policitiens

  • F.

    I dream of the day when, having fulfilled my social obligations ( or scrap them altogether) i would renounce all this and retire to Kerguelen or St Brandon

  • Stephen

    Thanks for the reply, Rabin. It explains a great deal about the way politics is conducted here, it certainly seems « old-school » in many respects.

    The more I learn about politics here, particularly from the press and the local alcoholics at the nearby shop (a surprisingly reliable source of information), the more I wish I knew less.

    @F.: Tromelin might be worth considering. Kerguelen looks a little too cold.

    N.B. I don’t really hang out with the alcoholics at my nearby shop. I still have a few years to go before I obtain the eligibility requirement of being retired. Until then I drown my sorrows while watching the MBC…

  • F.

    Good grief- since the cable monkeyed with my tv set, i dont get MBC at all- a blissful ignorance of public platitude is a most salutary thing under the horse holding a key within the sun in the house of the purple heart or in whichever order you prefer. Politics in Mauritius? let me see- idea-based? programme-based? knowledge-based? – ah ha! the affair of astrologers and tarot-readers, and the chronic perseverance of personality tactics and and and- Gentlemen, have no expectations, if i may advise you, unless you be ready for toil, tears, sweat and sun ( like bein exiled to St Brandon) or inqilab.

  • Sky = Dodo = Torpedo (quand il est en colère)

    Et les Caspers à la tèlé, depuis avant-hier? 😀
    Bon sang, Danielle Turner avait un sans-faute jusqu’au moment fatidique de transmettre la parole à son collègue Shakeel Mohammed: « Aster mo passe la parole à… (un blanc) Msst…! Mohammed… »
    Je passe sur Monsieur Aubeeluck qui s’efforce d’accaparer l’espace laissé par feu Aneerood Gajadhur…

  • Rabin

    Mon client préféré c’est le leader du Parti Malin. Sa phrase est déjà culte « nou pou donn ene linette à tout bann dimoun ki pa trouve clair! » Il m’a fallu cinq minutes pour m’arrêter de rire!

  • Dodo

    @ Ludo
    Dis, comment fait un candidat indépendant pour le porte-à-porte? Est-ce-que pour les repas c’est comme pour les « grands partis »? 🙂

    @ Rabin
    Est-ce-qu’on pourrait repertorier toutes les propositions électorales les plus farfelues dans un post – qui sait, du choc tout court, parfois la lumière pourrait en jallir?

  • Stephen

    Ah the Parti Malin… The low interest rate loan to fisherman of just 3% to buy a boat. The increase in the order of thousands of rupees to the disabled, blind and elderly. And all costed I am sure 😉 Oh and the presentation style last night was superb, the unintentional pauses and directness!

    Certainly deserving of its Facebook appreciation group! http://www.facebook.com/group.php?gid=14417402819

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :