Questions pour un copain

A force d’ingurgiter du poison à petite dose, on finit par devenir insensible à celui-ci. C’est selon la légende, ce qui serait arrivé au roi Mithridate dans l’antiquité. C’est ce qui arrive aussi au peuple mauricien. Sinon comment expliquer que le mauvais cinéma du Trésorier du Parti travailliste, Ah Fat Lan Hing Choy nous laisse à ce point indifférent ?

Copinage et népotisme sont autant de mots qui correspondent à l’épisode dont le Premier ministre lui-même est un acteur. L’attitude de Navin Ramgoolam face à la menace de démission du trésorier de son parti illustre même ce que beaucoup d’opposants à son parti appellent « la culture travailliste ». Cette propension à confondre volontairement les intérêts particuliers et l’intérêt public. C’est cette même culture qui amène des nominés politiques à se considérer comme les maîtres des institutions qu’ils dirigent. C’est toujours cette approche du pouvoir qui les conduit à demander « to kone ki sann la mo ete ? » à ceux qui ont l’outrecuidance de les traiter comme des citoyens ou des clients comme les autres.

Mettons donc l’épisode Ah-Fat en perspective. Admettons qu’un cadre de la « State Trading Corporation » (STC) est transféré à un poste dont il refuse d’assumer la responsabilité. Car celui-ci ne correspond pas à son profil académique ou professionnel. Que se passe-t-il ? Il y a d’abord une phase de négociation entre la direction et l’employé. Si les pourparlers échouent, les alternatives suivantes s’offrent à lui : accepter la mutation, démissionner ou demander à la justice de se prononcer sur la légalité du transfert.

Voici ce que les citoyens ordinaires ont comme possibilités. Et posons-nous donc d’autres questions. Est-ce qu’il viendrait à l’idée du père de ce cadre admettons qu’il soit un haut fonctionnaire d’appeler le directeur de la STC pour l’insulter en le traitant de « roder boute » ? Irait-il ensuite, jusqu’à menacer de démissionner s’il n’obtient pas gain de cause ? Et cette menace lui vaudrait-elle d’être reçu par le Premier ministre. La réponse à toutes ces questions est NON.

On doit donc conclure qu’Ah-Fat et sa fille n’ont pas agi comme des citoyens ordinaires. Ce constat appelle invariablement une autre interrogation : est-ce le statut de travailliste, de proche de Ramgoolam qui leur a ouvert le droit à ce traitement spécial ? Nous sommes bien obligés de conclure que la réponse est cette fois-ci OUI !

C’est bien dommage. Car l’un des principes fondamentaux de toute République est l’égalité de ses citoyens devant la loi. Et souvent les lois de la République répriment les entorses à cette égalité. Ainsi, l’article 9*** de notre « Prevention of Corruption Act » de 2002 interdit à toute personne « d’exercer toute forme de violence ou de pression à travers des menaces sur un ‘public official’ afin de l’amener à faire ou à ne pas faire un acte dans l’exercice de ses fonctions ». Cette même loi définit un « public official » *** comme un employé ou membre ou directeur d’une « statutory corporation » ou une « government company ».

Il ne fait aucun doute que si le père du cadre anonyme de la STC avait appelé le directeur de la corporation pour l’insulter et le traiter de « roder boute » tout en exigeant un meilleur traitement pour son fils, il serait illico convoqué, lui chez…les policiers. A la suite de la plainte plus que probable du directeur de la STC. Ce scénario se passe dans le monde des citoyens ordinaires. Dans l’autre scénario, celui qui se déroule dans le monde des copains et des protégés politiques, de telles incartades restent impunies. A voir l’attitude de Ramgoolam à l’égard d’Ah-Fat, on est même tenté de croire que les auteurs de ce type de coups d’éclat sont récompensés. Drôle de monde que celui des petits copains.

D’autres commentaires sur cet éditorial.

***9. Influencing public official

Any person who exercises any form of violence, or pressure by means of threat, upon a public official, with a view to the performance, by that public official, of any act in the execution of his functions or duties, or the non-performance, by that public official, of any such act, shall commit an offence and shall, on conviction, be liable to penal servitude for a term not exceeding 10 years.

***« public official » –

(a) means a Minister, a member of the National Assembly, a public officer, a local government officer, an employee or member of a local authority, a member of a Commission set up under the Constitution, an employee or member of a statutory corporation, or an employee or director of any Government company; and…

Publicités

2 responses to “Questions pour un copain

  • jacques de Navacelle

    Tout ceci est assez efrfrayant car ça semble prouver que la Démocratie est une notion assez étrangère au Parti Travailliste. Un total mépris des electeurs, un total mépris de la réelle valeur des personnes, une obsession de se servir alors qu’on a été élu pour servir.

    Mais est ce beaucoup mieux au MMM ? Est ce que Paul est un démocrate ? Peut etre un peu moins corrompu que les travaillistes?
    Pauvre Ile Maurice!

    Et pourtant parfois, on se sent mieux! Par exemple samedi j’étais au Gymkhana pour remettre des prix au nom du Comité Mauricien Pierre de Coubertin, à des sportifs qui ont montré des valeurs humaines exemplaires aux jeux de la francophonie. Quel bonheur d’etre entouré de tous ces jeunes passionnés et ambitieux. Le ministre de l’éducation etait present et a fait un petit discours magnifique. Il a parlé de son souci de faire évoluer le systeme éducatif mauricien pour que les jeunes aient un developpement plus harmonieux intégrant le corps et l’esprit. Le spoirt, l’académie, la cultuire, les arts etc… je croyais entendre Pierre de Coubertin. Peut etre que le fait d’etre médecin lui donne cette approche humaine qui ne supporte plus ce crime contre les enfants qui est la course de rats pour le CPE et les leçons particulières qui enrichissent des professeurs sans scrupule et privent toute une génération de leur enfance. Il parait qu’il est travailliste ! Voilà des sujets pour les journaux, mais malheureusement on préfère parler des petits faits sans importance qui constituent la vie interne de ce microcosme qui se reproduit entre eux.. Journalistes, réveillez vous, faites de l’investigation sérieuse, faites moins d’éditoriaux et de commentaire , allez sur le terrain, verifiez vous même l’information, ne soyez pas complaisants avec ceux qui se considèrent puissants

  • Callikan le hérisson « Sans concessions

    […] il convient de faire un léger flashback à février dernier. Callikan était alors l’objet de la vive colère d’Ah Fat Lan Hing Choy, le très influent trésorier du Parti Travailliste (PTr) et proche de Ramgoolam. Outré par « le […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :