Notre position : la neutralité

Le débat autour de la centrale « Waste to Energy » (WTE) de Gamma-Covanta est faussé. Il a débuté sur de mauvaises prémisses. Nous ne cessons de le redire. De la bataille opposant les pros aux anti-incinérateurs, vous ne voyez que la partie visible. Ce que chaque camp selon son agenda propre souhaite que vous sachiez. Puis, il y a les coulisses, les non-dits et ces aspects sur lesquels l’on ne s’attarde pas assez. Pourtant, c’est ce qui importe. Or, chaque camp s’attend à ce que nous prenions position par rapport aux arguments superficiels qu’ils avancent. Nous ne le ferons pas. Car cela reviendrait à participer à la polarisation du débat.

La question est complexe. Il faut donc l’appréhender dans sa complexité. Les coulisses de la bataille et les questions sur lesquelles les belligérants ne s’attardent pas assez – ou pas du tout peuvent nous aider à mieux saisir ce qui est dans l’intérêt du pays.

Commençons par la question du type de déchets à Maurice. Les centrales WTE utilisent essentiellement des déchets non-organiques pour produire de l’électricité. Or, 80 % des ordures locales sont organiques (plantes, résidus ménagers, etc.). Ce qui va amener Gamma-Covanta à rajouter des additifs chimiques pour faciliter la combustion dans sa centrale. D’ailleurs, le réglage des installations pour brûler des déchets organiques moins « energy efficient » est une opération irréversible pendant 20 à 30 ans. Ce qui veut dire qu’en fait il faudra toujours produire le même volume minimal de déchets pour « nourrir » la centrale WTE. Voilà qui ne facilitera en rien l’objectif de réduire ou recycler au maximum nos déchets.

En effet, produire 20 mégawatts d’électricité à partir du « profil » de déchets solides du pays apparaît sur papier comme une opération trop ambitieuse. Qui ne permet pas la revalorisation et le recyclage d’une bonne partie des 80 % des déchets dont nous parlons. Enter Nick Themelis, professeur à l’université américaine de Columbia. Il était invité par Gamma-Contanta pour expliquer l’utilité et innocuité d’une centrale WTE. Ce qu’il nous avait avoué lors d’une conversation est important. Themelis a expliqué que l’une de ses suggestions à Gamma-Covanta était de réduire la capacité de sa centrale et de la doter en contrepartie d’une installation de compostage-recyclage plus importante. Voilà une piste qui demande à être explorée…

Par contre, une autre dans laquelle les antis se sont royalement et obstinément enfoncés est celle de la dangerosité des centrales WTE de dernière génération. Beaucoup de voitures arborent toujours les autocollants « IncinéraTueur ». Pourtant, il est utile de préciser qu’aucune étude sérieuse n’a pu démontrer à ce jour le lien de cause à effet direct entre l’implantation d’un centrale WTE de dernière génération (comme celle de Gamma-Covanta) et le risque décuplé de cancers ou de contamination des cultures et cheptels dans son voisinage. Le professeur Jean-François de Narbonne, toxicologue et expert de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments est à ce sujet un témoin à décharge crédible pour la centrale WTE.

L’incinérateur dont nous parlons ne tue pas. Mais il est peut-être inadapté – en son état actuel au « profil » de déchets solides de Maurice et aux besoins énergétiques du pays sur le long terme. Pourquoi le débat ne s’est-il donc pas enclenché autour de cet axe ? Pourquoi a-t-il fallu que les deux camps peignent tout en noir ou en blanc, selon le scénario qui les arrange ?

Pourquoi les deux camps vont-ils donc se cacher dès que l’espoir d’un débat constructif et vraiment contradictoire fait surface. Lundi dernier, un tel débat aurait dû être organisé et relayé – en direct – sur Radio One et Radio Plus. Les opposants à l’incinérateur se sont défilés en prétextant leur obligation de réserver pendant les travaux du tribunal de l’environnement sur la question de la centrale Gamma-Covanta. Mais aussi par déférence au Professeur Joël de Rosnay qui a été chargé par le Premier ministre d’arbitrer la question. Gamma-Covanta, elle, s’est arrangée pour maintenir le flou sur sa participation jusqu’à la dernière minute.

Au lieu de brasser de l’air, on ferait bien de commencer à brasser les idées. C’est avec un certain soulagement que nous commençons à lire, parmi les opposants, certains avis plus constructifs sur la question de gestion et la revalorisation de déchets. Mais ce type d’argumentation est minoritaire. Et ne doit nullement occulter l’autre débat : la centrale WTE peut-elle s’installer à Maurice à condition de revoir l’ampleur de son implantation ? En effet, les anti-incinérateurs parlent d’une politique de zéro-déchets comme un objectif parfaitement réalisable. Or, aucun pays (plus ou moins développé) au monde n’est arrivé à réaliser cette prouesse. Si nous sommes donc incapables de réduire nos déchets à zéro, il serait pertinent de savoir comment la centrale WTE pourrait être utile pour traiter la partie de déchets que nous ne pourrons pas raisonnablement espérer recycler ou revaloriser. Ce n’est pas être pro-incinérateur que de poser cette question !

Publicités

24 responses to “Notre position : la neutralité

  • ashfaq

    je ne suis pas d’accord concernant le volume de dechets .. en fait, maurice produit 600k tonnes de dechets.. et la central n’utilisera que 300k tonnes… donc pas besoin de produire des dechets pour nourrir la centrale

  • ama

    J’aimerais bien savoir d’où vous tenez que Maurice produit 600 kt de déchets. Annuellement, Maurice en produit 400k: 300 k iraient à l’incinérateur et 100k à un éventuel projet de compostage. La totalité de la production de déchets sera donc réutilisée pour produire de l’énergie (dans des conditions plus ou moins efficaces et polluantes). Il ne reste donc plus de place pour une filière de recyclage pourtant beaucoup plus valorisante économiquement et socialement.

  • ludovicpr

    Ashfaq: Selon les chiffres officielles en 2007 Mare Chicose avait recu 396,824 tons de déchets.

    Rabin je ne pense pas que l’on puisse affirmer que la derniere generation d’incinerateur ne tue pas. En realite on ne sait pas vraiment par manque de recul pour pouvoir effectuer les etudes qu’il faut. Mais il est certain que cet argument des antis est un mauvais argument. Toutefois il faut noter que le Professeur Narbonne a déclaré sur Radio One qu’autour des incinerateurs on a constaté une auguementation de 10% des cancer, ce qui n’est pas significatif pour ce professeur.

    Par ailleurs il est sur qu’un incinerateur peut etre utile pour les dechets qui ne peuvent etre ni recyclé, composté ou réutilisé mais pas avec une capacité de 300 000 tons.

  • ashfaq

    Heey bein, voila votres erreur, mare chicose !! .. tous les déchets de l’ile maurice ne vont pas a mare chicose. Mare chicose est le seul site d’enfouissement. Il y a d’autres sites pour deverser des ordures a maurice. ces sites sont eparpillés a travers l’ile et pensez vous, un camion traversant du nord au sud pour jetter des dechets. Ce serait le comble !!!..
    Mes chiffres viennent d’un document que j’ai reçu voila 3 ans deja. Avant meme que personne ne s’interesse a ce dossier !!

  • ama

    soit… Mais à la limite le problème n’est pas celui du volume: 300 ou 600 peu importe.
    Le vrai problème est le fonctionnement effectif (efficacité et pollution) de l’incinérateur et ses conséquences sur la filière déchets.
    Et je ne parle même pas du montage financier qui est une aberration.

    Et sur ces deux aspects, je ne suis pas sure que l’on puisse être positifs.

  • ludovicpr

    Si je ne me trompes pas il y a des dépotoirs régionaux où les camions municipaux et autres déverses leurs ordures qui sont ensuite chargés dans de plus gros camions que l’on croise souvent sur l’autoroute en direction du Sud où les déchets sont enfuis.
    Quoi qu’il en soit cela démontre bien qu’il y a un manque d’information flagrant sur la question. Les ministères des administration régionales et de l’environnement garde un silence et une opacité la plus totale sur la question. Comment avoir un vrai débat dans un tel contexte???

  • ashfaq

    Tres bien, parlons-en « le fonctionnement effectif (efficacité et pollution) de l’incinérateur et ses conséquences sur la filière déchets. »
    Quelques chiffres pourqu’on puisse bien comprendre: l’efficacité pour la production d’energie est l’efficience du mechanism. Nous sommes bien d’accord.
    L’efficience du moteur diesel et essence tourne autour des 30 a 60 pourcent. L’efficience pour les hydroelectriques et eoliennes tourne autour des 60-70% et de meme pour les photoelectrique. La production mauricienne d’electricité est essentiellement soutenu par les moteurs qui utilisent l’huile lourde, ce qui apparente a 30-40% dans la moyenne.
    Donc, tous ces facons de production d’energie ont un cout, est si la centrale thermique a une efficience de 30-40%, le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle est viable.
    Concernant l’environment, je suis moi meme fervent defenseur de l’environment, mais dans ce contexte, le debat avec toile de fond l’environment est une fausse bataille. Parceque dans ce dossier, le probleme n’est pas l’ecologie, comme on veut bien nous le faire croire, mais surtout l’opinion des habitants, ils ne veulent de ce truc a 8kilometres de leur maison, et je veux bien les comprendre, mais de se battre sur les autres points serait futile, voire stupide.
    Autre point sur la pollution, les usines et autres centrale de CEB, se trouvent a 50metres de camp yoloff, au coeur de pailles et dans bien d’autres regions. Pourtant les habitants de s’en plaignent pas. Les usines rejettent plus de fumer que va rejeter cette centrale thermique.
    Aussi, il faut savoir, que nous sommes sur une ile, Nous importons presque tous ce que nous consommons, donc, ce sont des dechets et des materiaux qui n’etaient pas sur l’ile au debut. Il faut bien trouver une solution. On ne va pas faire du compost avec notre dechets et si meme, qu’en feront nous de ce compost ??
    La seule solution pour les dechets a maurice c’est bien de les incinerer, mais ou le faire est bien la question. Si, les gens de cette region n’en veulent pas, et obtiennent ce qu’ils veulent, aucune autre region de l’ile ne l’acceptera. Et nous serons bien avancer, avec nos tonnes de dechets.
    D’autant que toute l’ile est habiter et les seules zones non habitables sont des zones proteger.

  • ludovicpr

    Ashfaq, pour la génération d’électricité vous oubliez les CT bagasse/charbon, et le compost peut être utiliser dans les plantations et jardins du pays et s’il y en a du surplus il pourra être éventuellement exporter.

  • ashfaq

    Suivant les lois de la thermodynamique dont je me garde de vous en faire un exposer, il est impossible pour le moment d’avoir plus d’efficience par des moyens thermique c’est pour cela que je n’ai cité les CT .. dont les efficiences sont comme celles des moteurs diesel. c.a.d 30 a 45% pour les nouvelles generations.
    Sois dit en passant, les CT a bagasse/charbon ne sont pas PLUS eco-friendly que celle des ordures.. et sachant que le charbon il faut bien l’importer!! On se passera bien d’importer encore autres choses.
    Il faut faire avec ce que nous avons c’est sa d’etre en phase avec la nature.
    Je me passerai de parler de bagasse, c’est la chasse garder des usines sucrieres et elles ne produiront pas plus que ce qu’elle produisent deja. Et deja, en passant, ils vendent l’electriciter deux fois plus cher que quand le CEB produisait de l’electricité avec du petrol a $150 le baril.
    Si il y a bien un project dont j’ai a coeur et que je defendrai contre tous, c’est le project d’eolienne, c’est la plus prometteur, mais faut de mieux, le project gamma est plutot bien fait et faut voire l’avenir sans hypocrisy.
    Si on ne veut pas se retrouver avec des coupures d’electricité dans 3 ans, il faut aretter de freiner l’avancement. Parceque le CEB tient deja a bout de bras la fourniture d’electricité a l’ile maurice.
    Le probleme a l’ile c’est l’electricité pas le compost, nous n’en avons pas besoin du compost, notre terre est deja assez fertile. Et si bien que nous en aurons besoin, avec les 300milles tonnes d’ordures restant, on pourra en faire du compost pour couvrir tous les champs de cannes de l’ile maurice en 10 ans. Alors le compost voyons, c’est la derniere des problemes des mauriciens.
    Ce que nous aurons besoin dans les plus brefs delais, c’est bien de l’electricité et si ca aidera a ne pas creer une deuxieme mare chicose, bein tant mieux.

  • ama

    ll y a quelque chose qui me gêne dans ce raisonnement qui se cache derrière beaucoup de chiffres et de principes scientifiques: c’est la question du modèle de développement que veulent les mauriciens.

    Avec la science on peut faire beaucoup de choses très différentes; mais je crois que maurice est arrivée à un point où elle doit choisir son modèle de développement.
    Pour faire un choix éclairé, il est bon de connaître la vérité sur les différentes options proposées par la science et la technologie, et surtout, mais c’est une lapalissade, d’avoir le choix.

    Parlons de la production d’énergie. L’incinérateur est une option, certes, qui dans certaines conditions peut être une bonne solution. mais elle est loin d’être la seule à être efficace, sutout sur une petite île comme Maurice.
    On peut produire de l’énergie à partir de beaucoup de sources (permanentes ou intermittentes): c’est ce qu’on appelle le mix énergétique. Solaire, éoliennes, biogaz, hydroéléctricité, et même pourquoi pas géothermie… Autant d’options qui existent et qui ne sont pas exploitées dans un pays où le vent et le soleil sont des sources quasi inépuisables.

    Parlons des déchets… là encore le traitement des déchets relève d’un choix de société. Soit on brûle tout sans distinction, c’est simple, clair et précis, une belle solution de facilité. Et qui créé une filière courte et fermée.
    Soit on se dit que l’on peut revaloriser certains déchets (production d’électricité par biomasse, compost, recyclage…), et on créé une vraie filière intégrée, créatrice de plus de valeur ajoutée et d’emplois, tout en étant respectueuse de l’environnement et de la santé.

    Dans un tel système, il peut exister un incinérateur, mais qui ne brûlerait que les déchets non recyclables. Il aurait une taille beaucoup plus modeste, et la question de son emplacement serait peut être moins sensible. De plus, ce type de dispositif – mix énergétique, tri et recyclage…- aurait l’avantage d’être mieux accepté socialement. Car il ne faut pas se leurrer, l’acceptation sociale est une condition à l’implantation de tout type de projet.

    Enfin, je ne suis pas d’accord pour dire que Maurice n’a pas besoin de compost. A force d’utiliser des engrais chimiques, la terre ne va pas rester fertile longtemps. Pour un pays qui a besoin de tendre vers la quasi autosuffisance agricole cela me semble indispensable.

  • ashfaq

    Je suis quasi d’accord avec toi ama, mais sur ces points ci, je ne le suis pas « On peut produire de l’énergie à partir de beaucoup de sources (permanentes ou intermittentes): c’est ce qu’on appelle le mix énergétique. Solaire, éoliennes, biogaz, hydroéléctricité, et même pourquoi pas géothermie… Autant d’options qui existent et qui ne sont pas exploitées dans un pays où le vent et le soleil sont des sources quasi inépuisables. »

    Biensure, qu’on peut !! Que peut-on pas a maurice ! ..
    Mais, et cela est tres important, le debat, combien de temps continuerons nous a debattre, a tergiverser, a palabrer, et argumenter ? si tant soit peu, rien ne sera fait a l’aube 2012 ou il y aura une penuirie d’electricité a l’ile maurice. Et la, qui prendra les responsabilités, EcoSud ?? Vous meme ama ? les associations de protection de l’environment ? bien sure que non. Quand on aura plus d’electricité en 2012 pour tous, on n’entendra plus parler d’ecosud et des autres organizations qui militent contre ce projet. Voyez- vous, en fait, tout cela c’est pas mon bataille, a la rigueur je m’en fous, simplement parceque j’habite dans le centre de la capitale et meme en temps cyclonique, nous ne sommes jamais couper de l’electricité parcequ’il y a des banques et autres offshore..
    Par contre, ceux habitant le nord, l’est et l’ouest et le sud, pensez-y ..
    Parce que franchement, faute de mieux, et vous l’aurez compris, il n’y a a ce jour aucun autre project pour fournir autant d’electricité. Les eoliennes tres bien, mais sa ne produira de l’energie que pour 2-3 villages du sud pres de bigara. C’est tout.
    Il n’y a pas d’investisseur dans la production d’energie. On aura bon tergiverser pas 1 decennie sur la question, il est maintenant temps de prendre une decision.

  • ama

    On est d’accord sur le fait qu’il faille prendre une décision rapidement et que les pénuries énergétiques menacent Maurice. Mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, et prendre des mauvaises décisions dans l’urgence. Parce qu’on le regrettera bien après 2012…

    Et c’est là notre point de divergence. Installer le mix énergétique ne prendra pas beaucoup plus de temps que de construire et mettre en place un incinérateur de cette capacité.
    Entre la construction de l’incinérateur et son opérationnalisation complète (à savoir entre autres la mise en place de la récupération des déchets…), il peut s’écouler un temps qui n’est pas plus long que de d’installer des fermes d’éoliennes ou de panneaux solaires sur les toits des industries (qui une fois installés sont opérationnels quasiment immédiatement).

    Encore une fois je ne suis pas spécialement contre l’incinérateur en soi. Je dis simplement que ce n’est pas la solution UNIQUE… et qu’à mon avis ça ne doit pas l’être. Et qu’en parallèle, on DOIT développer le mix énergétique qui est bien plus durable.
    Parce que tu feras quoi toi Ashraf, quand l’incinérateur arrive en fin de vie dans 20 ans? on en construit un autre?

    Mais on est d’accord pour dire qu’il y a un problème de leadership politique et qu’une décision doit être prise, et qu’elle ne l’est toujours pas…. Et que de toute façon, toi et moi pouvons débattre tant que nous voulons sur ce sujet, cela n’influera en rien la décision au niveau du gouvernement .

  • ashfaq

    « Installer le mix énergétique ne prendra pas beaucoup plus de temps que de construire et mettre en place un incinérateur de cette capacité. » – Installer par qui et avec quel argent, voyez vous ama, le project d’incinerateur comme je l’ai deja dit, ne date pas d’hier, mais de plus 3 ans deja, et le dossier n’est toujours qu’un dossier.
    Alors, comprenez mon pessimisme, quand vous parlez de mix energetique a l’ile maurice, si bien que meme si les demarches sont enclencher maintenant, sa va prendre un minimum de 3 ans pour les dossiers et les etudes arrivent a terme et que les demarrages se font, c.a.d, un minimum de 5 ans, cela si il y a projet qui commence aujourdhui. Mais sachant la lenteur mauricienne, si jamais ils changent d’avis pour cette decision d’incinerateur, nous ne verrons ni mix energetique ni incinerateur avant 2014 voire plus .. ce qui veux aussi dire penure d’electricité.

    « il peut s’écouler un temps qui n’est pas plus long que de d’installer des fermes d’éoliennes ou de panneaux solaires sur les toits des industries (qui une fois installés sont opérationnels quasiment immédiatement). »
    Voyez-vous, le project de ferme eolienne a bigara date deja de 4ans, et jusqu’ici, rien n’as ete fait, ils sont deja recu le terrain a bail pourtant. Alors le temps qu’une ferme eiolienne consequente puisse voire le jour, j’y crois que tres peu. Les panneaux solaires a maurice, il n’y a que le secteur privé qui peut s’en doter, alors attendre un project d’envergure pour fournir maurice un minimum de 10% d’energie via le solaire serez du reve.
    Le meme ile maurice, qui a eu la proposition d’une route sur piloti, une transversale des salines jusqu’a riche terre, un project de rs600 millions d’une compagnie de malaysie qu’ils avaient tout bonnement rejeter.
    Alors, des governments mauriciennes a la veille des elections, j’attends que tres peu.

  • ludovicpr

    Il faut bien realiser une chose le projet de Gama Coventa n’est pas un projet énergetique comme on veut nous le faire croire. Sa capacité en production énergétique est de 20 MWh, la demande actuelle à Maurice est d’environ 2100 GWh et en 2020 (dans 11 ans) elle sera d’environ 4200 GWh. Ce n’est pas l’incinérateur qui nous sauvera des coupures.
    Le but premier d’un incinérateur est de traiter les déchets pas de produire de l’électricité. Tout à fait d’accord avec Amma oui pour un incinérateur mais uniquement pour traiter les déchets ultilmes….

  • ashfaq

    Si on peut obtenir 20MWh avec des dechets, au lieu de les enterrer dans des champs .. c’est toujours cela de gagner 🙂

  • racyn

    Je suis très agréablement surpris par l’intensité et la qualité du débat sur la question. Je connaissais l’intérêt que Ludovic et Ama portent à la question. Je suis très heureux de constater qu’Ashfaq semble également bien connaître la question.

    Je fais partie de ceux qui pensent que la question de l’incinérateur est secondaire. Ce qui importe, c’est une politique globale de gestion de déchet . Maurice et ses dirigeants politiques sont amnésiques, un coup on parle de compostage, un coup de recyclage…un autre d’incinération. Mais les faits démontrent qu’il n’y a eu aucun effort pour penser aux synergies entre les trois filières. C’est de cela qu’il s’agit en ce moment.

    Une vrai définition de la politique de gestion des déchets à Maurice nous permettra de comprendre l’importance et l’utilité que doit avoir un incinérateur dans toute la chaine. D’un point de vue général toutefois, je crois également qu’il qu’un incinérateur est necessaire pour traiter les déchets ultimes.

  • ludovicpr

    Tout à fait d’accord avec toi Rabin. Dans ma lecture des choses je pense que compostage (déchets verts) et recyclage (plastiques, papiers et metaux) vont de paires.
    Je voudrais aussi dire qu’à coté d’un incinérateur il devra aussi y avoir un dépotoir, par exemple un dépotoir de type 1pour stocker la mâchefer (les cendres) de l’incinérateur et aussi d’autres déchets toxiques. Il pourrait même y avoir un mini Mare Chicose pour enfuir des déchets qui ne parviendront pas à bruler dans l’incinérateur. Ces questions sont très importantes aussi et en focalisant le débat sur la question des dioxines on oublie ces aspects qui sont encore plus préoccupants pour la santé publique….

  • ashfaq

    @racyn – « Mais les faits démontrent qu’il n’y a eu aucun effort pour penser aux synergies entre les trois filières. C’est de cela qu’il s’agit en ce moment. » –
    Je suis desolé mais ne peut etre d’accord avec toi la-dessus parceque le Dr.Kalil elahee, eminent scientifique mauricien de l’université de maurice, a faits maintes études a ce sujet, et fais des interviews dans l’express dimanche notamment, mais aussi passé au JT de 19h30 et aussi dans bien d’autres programmes pour faire entendre ce concept de mix energetique. Mais encore une fois, c’est pas la raison qui prone a maurice, c’est bien la politique et l’argent.

    @ludovicpr – « Je voudrais aussi dire qu’à coté d’un incinérateur il devra aussi y avoir un dépotoir, par exemple un dépotoir de type 1pour stocker la mâchefer (les cendres) de l’incinérateur et aussi d’autres déchets toxiques. »
    Ayant vu les plans du projet gamma covanta, il y a bien un mini site pour les dechets de l’incinerateur, qui est prevu, il est aussi prevu que ce soit une trancher, qui sera etanche et hermetique, donc il n’y aura pas de propagation de dioxines.

  • racyn

    Ashfaq, je connais les travaux et l’opinion de Khalil. J’en ai discuté parfois avec lui.

    Toutefois, je ne parle pas là de travaux de recherches (même appliquées.) Je faisais plutot allusion à une politique d’Etat, telle que définie par un gouvernement, érigée en loi eventuellement par le Parlement avec les dotations budgétaires et des délais de mise en oeuvre fixés concrètement. J’ai bien peur que cette politique « concrète » là n’existe pas dans le pays. Et c’est bien de cela dont nous avons besoin.

  • ashfaq

    eh bein, quel optimisme, ce gouvernment n’en fera rien.
    Il faudra attendre les pamphlets et promesses electoral, pour savoir si ils iront dans cet direction.
    Mais, tu vois, nous nous avons le temps de penser a ces choses la, eux n’y pense pas, ou ne veulent pas y penser.
    La seule chose qui importe pour eux maintenant est de se faire elir aux prochaines elections.
    Ils verront ensuite les autres choses qui importent peu a leurs yeux..comme l’environment.
    Je voudrais bien etre politicien elu un jour, juste pour voire ce que sa fait 🙂 haha

  • ludovicpr

    @Ashfaq – « Ayant vu les plans du projet gamma covanta, il y a bien un mini site pour les dechets de l’incinerateur, qui est prevu, il est aussi prevu que ce soit une trancher, qui sera etanche et hermetique, donc il n’y aura pas de propagation de dioxines. »

    Le professeur Narbonne lui même a déclaré à Maurice que la meilleur méthode pour traiter les mâchefer était la vitrification et il l’a dit plusieurs fois.

    Si mes infos sont justes une bâche en plastique sera placée à l’intérieure de cette tranchée, mais en profane je me demande si cette bache ne risque pas de se dégrader avec le temps, pourquoi le professeur Narbonne considère cette méthode comme étant moins bonne que la vitrification. Bref je pense qu’il serait nécessaire que le promoteur parle un peu de cet aspect aussi et nous informe la dessus.

  • ashfaq

    @ludovicpr – « Le professeur Narbonne lui même a déclaré à Maurice que la meilleur méthode pour traiter les mâchefer était la vitrification et il l’a dit plusieurs fois. »
    la vitrification .. lolz..
    mais bon, juste que sa fait rire.. ce sont des dechets quand meme .. et meme pas des dechets nucleaires qui sont couteux et precieux !! lolz.. faux pas s’en faire outre mesure.

    Laissons faire .. on verra bien en temps et lieu. Pourquoi ne pas laisser faire et quand il y aura des problemes, on ira tous ensemble manifester.. et s’il y a probleme grave, ils devront fermer leur usine.. c’est tres simple pourtant!!.
    Je veux dire, pourquoi debattre et les presumer coupable alors que les lois de la republique presument avant tout les gens innocents aussi longtemps qu’ils ne sont pas juger.
    Ils font les laisser faire avec leur projet d’incinerateur, il sera plus facile de montrer les preuves que sa marche pas. et de les faire fermer l’usine .

  • ludovicpr

    ashfaq un incinérateur comme celui ci n’est pas une simple usine son opération se fera dans le cadre d’un contrat à long terme de certainement 20 ans entre Gamma Covanta, le gouvernement et le CEB et ce genre de contrat n’est pas résilier d’un coup de plume, ça ne sera pas si facile que cela, c’est pour cela qu’il faut que tous les aspects de ce projet soit limpide avant sa réalisation….

  • ashfaq

    c’est pourquoi le feu vert du ministere de l’environment est quelque chose separé. En cas de non-conformité le permis de production pourra etre resilié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :