Pa tous mo Pravind

Le « teaser » de notre interview de Rama Sithanen, retransmis par Radio One ce vendredi, a fait grand bruit. Il a irrité le Premier ministre ( PM). Et embarrassé Rama Sithanen, qui dit, par ailleurs, assumer ses propos envers Pravind Jugnauth. La fébrilité des uns et des autres est révélatrice. Elle indique deux choses. D’abord que Rama Sithanen – même s’il s’en dit convaincu – n’a pas de place réservée au sein du gouvernement de Navin Ramgoolam.Ensuite, qu’il ne fait pas bon s’attaquer à Pravind Jugnauth en ce moment.

Le vieil adage politique est imparable. « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent… » Pourtant, Rama Sithanen croit en l’assurance qui lui est donnée par Ramgoolam. S’il revient au pouvoir, Sithanen reste aux Finances.

Certes selon son patron, Sithanen fait du bon boulot. Mais le leader rouge précise que la nomination des ministres reléve de sa prérogative. Qu’il exercera le moment venu. Cette formulation laisse planer le doute, nous n’y voyons toujours aucune assurance quant à l’avenir de Sithanen aux Finances. A moins que Ramgoolam ne joue encore à Janus. Conciliant en privé, virulent en public. Nous savons de quoi nous parlons !

Si c’est le cas, tout ceci n’a rien de rassurant pour Rama Sithanen. Les chefs politiques sont des « serial- prometteurs » . Ne connaît- on pas la propension de Paul Bérenger à placer plusieurs personnes en « stand- by » pour un ticket ou un ministére aprés ou avant une élection ? Ou celle de Ramgoolam à laisser ses propres lieutenants croire qu’ils participeront à la bataille électorale ? Pour mieux les abandonner en bordure de route à la derniére minute. Deva Virahsawmy en sait quelque chose ! Subjectivement, objectivement et politiquement, Sithanen croit qu’il est le locataire légitime du ministére des Finances sous Ramgoolam.

Tout au contraire, nous pensons que cette triple considération peut amener le PM à faire sauter le fusible Sithanen. Subjectivement, Ramgoolam digére mal que le crédit de la réforme économique aille davantage à Sithanen qu’à lui. Une situation qu’il attribue en partie à la presse, dont « l’express » et « l’express- dimanche » . Ensuite, la liberté de ton de Sithanen envers l’establishment rouge et tout ce qu’il compte de conservateurs d’un autre âge a pu froisser les sensibilités de son ami Navin. Enfin, toujours dans le même registre, Ramgoolam « l’homme qui n’oublie pas » retient encore que Sithanen a failli démissionner en deux occasions.

Deux tentatives perçues comme du chantage par le PM. Et quand on sait que celui- ci déteste être mis sous pression… Objectivement, si Ramgoolam cherche à finaliser une alliance avec le MSM, il est évident qu’il ne pourra pas placer Pravind Jugnauth n’importe où dans la hiérarchie du gouvernement. Pour des raisons ethniques évidentes, Rashid Beebeejaun et Xavier Duval paraissent peu amovibles dans la conjoncture actuelle.

Reste le pion Sithanen à bouger. D’autant plus que Pravind Jugnauth affiche clairement son ambition d’occuper la case des Finances. Le MSM n’obtenant pas pléthore de tickets en s’alliant au PTr, on peut raisonnablement croire que le leader du parti soleil recevra le portefeuille qu’il convoite en compensation.

mille mercis

Reste la question de la compétence brandie par Sithanen. Il lui suffit de regarder autour de lui au Conseil des ministres pour comprendre que cette objectivité- là est parfois le cadet des soucis du PM. Sithanen doit craindre le calcul politique de Ramgoolam. C’est d’ailleurs cet élément qui est le plus décisif. Le PM peut récolter de précieuses dividendes en éjectant Sithanen à la veille des prochains scrutins. Le ministre des Finances incarne tout le libéralisme, la rigueur économique et l’anti- populisme honni par l’électorat. Le sacrifier, c’est se redonner l’image d’un gouvernement se rapprochant des inquiétudes du petit peuple.

C’est aussi permettre au MSM ou au MMM de mieux justifier une éventuelle alliance avec le PTr. Car un gouvernement sans Sithanen sera forcément, selon eux, plus proche des préoccupations du petit peuple et moins conciliant avec le grand capital. Une orientation nouvelle qui ne manquera pas d’être soulignée par Ramgoolam lui- même.

En attendant de s’occuper de son ami Rama, Ramgoolam s’intéresse à ses nouveaux amis derniérement. Ceuxci l’appellent souvent. Lui rendent visite. Demandent des services à d’autres ministres et administrations avec l’aimable parrainage de Ramgoolam. Pravind Jugnauth déclare certes à « Samedi Plus » que la « question d’alliance ne se pose pas » , mais nous persistons à croire qu’une telle entente, voire synergie, entre ces deux camps trahit en fait un rapprochement à terme.

Pour preuve, toute sortie ou attaque frontale contre le MSM ou Pravind Jugnauth semble être vouée à une répression immédiate au PTr en ce moment. Deva Virahsawmy condamne la violence du MSM envers « La Sentinelle » , il essuie un sévére rappel à l’ordre de son patron selon le « Défi Plus » . Sithanen s’avise de critiquer les compétences de Pravind Jugnauth et de prédire son maintien aux Finances, il est rabroué par le boss dans les heures qui suivent.

Il n’y a pas de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Et le jeu de Ramgoolam, en ce moment, même les myopes arrivent à lire à travers…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :