Air Mauritius : les priorités

Il est futile de reprocher aux politiques d’escamoter les débats de fond pour privilégier les questions de forme. Car même les plus aguerris et réalistes d’entre eux se laissent volontiers aller à saupoudrer leur argumentaire d’une bonne dose de démagogie. Surtout quand il leur est demandé de monter au front sur un dossier difficile.

Xavier Duval, le ministre du Tourisme, n’échappe pas à la règle. Chargé par le Premier ministre de discuter d’un plan de restructuration avec « Air Mauritius » (AM), Duval marche sur des œufs. Mais ce communiquant plutôt habile a le défaut de sa qualité. Jusqu’ici, il semble d’abord vouloir faire dans le symbolique : quelques rencontres médiatisées, ainsi que des « mesurettes ». Comme l’annulation des billets gratuits accordés aux anciens membres du conseil d’administration.

Une conclusion s’impose : rien de ce qui a été fait ou annoncé jusqu’ici permet d’établir en quoi AM sera une entreprise viable, et profitable à l’horizon 2025. Car c’est bien cela l’objectif primordial du moment. La pire erreur que pourrait commettre AM et le pouvoir politique est de considérer que l’affaire du « hedging » est la priorité absolue. Car si l’opération « turn around » financier de la compagnie nationale réussit d’ici fin 2010 sans que les questions de fond ne soient réglées, AM finira encore éclaboussée par un autre scandale de caisse noire, de « hedge » ou de complot interne. Les mêmes causes produiront les mêmes effets…

Il n’y a pas à aller chercher loin pour établir les priorités. En quittant la compagnie en septembre 2007, Nirvan Veerasamy exprimait un regret : ne pas avoir eu le temps d’appliquer les conclusions du rapport Mc Kinsey. Près de 80 thématiques de réforme y sont identifiées. Le tout assurant potentiellement des économies pouvant aller jusqu’à Rs 200 millions à court terme.

avion11

L’une des questions épineuses que cherche à solutionner le rapport est celle des ressources humaines. Les experts s’accordent à penser qu’environs 20 % des 2 500 employés de la compagnie sont surnuméraires et freinent son développement. Il y a fort à parier qu’une bonne partie de ces employés là sont des cousins, filles d’agents ou petits protégés divers que des gouvernements successifs ont placé là.

Mais organiser une opération « lev pake ale » d’envergure à AM n’est pas si facile que cela. Non pas parce que le gouvernement ou l’entreprise n’en sont pas capables. Mais parce que se posera ensuite la question de leur remplacement. Car virer un chauffeur de bus qui n’a d’autre qualité que son appartenance politique est facile.

Toutefois, certains protégés ont hérité, grâce à des interventions occultes, de postes de responsabilités stratégiques sans en avoir les compétences. Ceux-là, il faut leur demander de partir. Mais aussi les remplacer par des personnes compétentes essentielles au bon fonctionnement et à la pérennité de l’entreprise.

Du coup se posera la question des moyens à mettre en œuvre pour le recrutement. Deux séries de considérations sont importantes. D’abord, le gouvernement doit s’engager à laisser à AM la liberté totale de recruter les compétences qu’il faudra pour gérer l’entreprise. Et ne pas être tenté de caser des copains encore une fois. Parallèlement, la sagesse voudrait qu’AM consente à rémunérer comme il se doit les talents locaux et étrangers, qui seront appelés à la rejoindre. Pas d’économie à ce chapitre !

Des départements demandent à être profondément restructurés, du personnel licencié, mais aussi recruté. En même temps AM doit reconquérir son indépendance vis-à-vis du gouvernement. Ce sont ces signaux-là qui demain amèneront un partenaire stratégique à vouloir s’allier à AM. Ce sont ces changements qui conduiront des groupes locaux à vouloir participer sereinement au capital de l’entreprise.

Ce sont les vraies priorités du moment. Un mauvais « hedge », ça arrive. C’est même, au fond, excusable. Par contre, s’entêter à gérer une entreprise selon des méthodes dont l’inefficacité a été prouvée, cela, c’est criminel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :