Manipulations

Pour avoir travaillé quelques mois, pendant mes études, dans une petite boite de relations publique/presse, j’ai compris comment certains « clients » traitent les journalistes. J’ai découvert ce qu’ils pensent vraiment des « gratte-papiers ». Comment, par exemple, un chef d’entreprise peut croire qu’il suffit, lors d’un lancement d’un produit, de filer des agendas, un porte-clef et quelques petites babioles à des journalistes pour s’attirer leur sympathie. Et par conséquent, un bon papier dans leurs journaux respectifs.

Je vais vous surprendre. Ces clients là, j’éprouve presque de la sympathie à leur égard. Au mieux ils sont naïfs. Au pire ils sont cons de croire que les choses sont aussi simples. Et c’est bien connu, un con, c’est rarement dangereux !

Par contre, il nous arrive parfois d’avoir affaire à des esprits plus tordus. Acquis à une cause : la manipulation de l’opinion. Parfois, on manipule sans vouloir nécessairement cacher une vérité qui dérange. Juste histoire d’embellir les choses, crédibiliser davantage un projet qui tient en fait déjà la route.

Parfois, on manipule avec un tout autre agenda. Là c’est du spin bien pensé, les promoteurs savent souvent, dans ces cas là, que leurs projets sont contestables. Que ce qu’ils présentent comme la « philosophie » d’un projet n’est qu’une vaste mise en scène.
La semaine dernière un projet de ce type a été lancé. Avec sa petite campagne de spin. On a voulu faire participer l’express dimanche au ramdam. Ca n’a pas marché ! Flashback…

Jeudi dernier, je reçois un coup de fil d’un des représentants d’une agence de communication. Il m’explique qu’il a des photos illustrant les sévères dégradations qui ont lieu sur une petite île du Sud du pays. Et que ces photos méritent de figurer dans le « profil bas » de l’express dimanche. Mea culpa, j’avoue qu’à ce moment précis, je ne sais pas que cette petite île va bientôt accueillir un projet hôtelier…dont la communication est assurée par l’agence en question !

Pas de doute les photos sont parlantes. Tas d’ordures, barbecues sauvages et latrines improvisées. Effectivement, je me dis qu’on peut, avec raison, coller un profil bas à tous ces idiots qui visitent l’île et qui la dégradent à ce point là.

Pourtant je m’interroge quand on m’appelle plusieurs fois, avec insistance, pour vérifier si j’ai bien reçu les photos et que je vais bien les utiliser. Et quand j’explique qu’il me faudrait des photos de meilleure résolution pour publication, mon interlocuteur me promet de m’en envoyer sur CD dès vendredi.

C’est chose faite, et l’agence de comm, très consciencieuse, me fait donc également parvenir un dossier de presse sur le projet hôtelier. Celui-ci est présenté comme un modèle de développement hôtelier eco-friendly. Sauf que…renseignement pris, les annonces pompeuses pourraient finalement se révéler fumeuses…tant les ambitions (forts louables) semblent irréalisables car très coûteuses ou techniquement difficiles à mettre en œuvre !

L’agence de comm ne savait sans doute pas qu’on s’intéressait au sérieux de ce projet. C’est donc candidement qu’un autre larron de cette boîte m’appelle vendredi pour me demander si les photos « vont bien faire l’objet d’un profil bas. » Ce jeune homme, fort sympathique, se croit tellement en terrain conquis qu’il s’autorise à me demander « quel sera l’angle du profil bas ? »

Je pense qu’il a compris qu’il avait sérieusement outrepassé ses prérogatives de communiquant quand je l’ai gentiment remis à sa place en lui expliquant qu’il n’avait pas à me poser ces questions. Et qu’il rêvait s’il croyait que j’allais lui répondre…où même lui confirmer que les photos allaient figurer dans la rubrique profil bas !

Le pauvre, je le voyais déjà cocher « ok pour profil bas » dans sa colonne l’express dimanche. Et ensuite appeler un autre journal pour vérifier si tel ou tel autre aspect du projet hôtelier allait bien être traité complaisamment. Dans la tête des promoteurs du projet et de l’agence de comm, le dernier numéro de l’express dimanche aurait du servir à démontrer que de méchants campeurs saccagent quotidiennement cette petite île. Mais que ces dégradations vont cesser et l’île va connaître une deuxième vie grâce à leur hôtel.

C’était une belle histoire à raconter. Mais elle n’est pas si simple que ça. Nous avons choisi de ne pas la raconter. Pour l’heure. Car nous préparons un article pour expliquer comment et pourquoi ce projet hôtelier est eco-friendly de loin mais en fait loin d’être eco-friendly. Un illustre invité, autorité en matière de développement durable, aborde d’ailleurs la question dans l’édition spéciale de l’express dimanche à paraître le 28 décembre.

Peu après ce numéro, nous aurons fini notre enquête et nous vous dirons en quoi consiste vraiment ce projet « eco-friendly » Et cet article là, croyez moi, ne fera pas partie du plan de comm des promoteurs !

Publicités

One response to “Manipulations

  • carole R

    Tu mets le doigt sur un des problèmes majeurs de la pratique de la communication que je n’ai cessé de dénoncer lorsque je le rencontrais. C’est à la fois positif pour la presse mauricienne car elle est perçue, à raison, comme un réel 4 eme pouvoir mais négatif pour les communicants car on restreint leurs activités à la fonction Reine : les relations presse. Une première de couv ayant plus d’importance qu’un travail de fond basé sur la transparence et la circulation permanente d’une information fiable et honnête.
    Fais le tour des communicants que tu connais et demande leur à l’aune de quel indicateur est évalué la qualité de leur travail? Le nombre de retombées presse!
    Pour avoir passé des entretiens de recrutement dans à peu près toutes les grosses boites de l’ile, je peux te citer ceux qui ne m’ont jamais demandé si mon carnet d’adresses journalistique était bien rempli. C’est une obsession des dirigeants et c’est là le premier travail du communicant : faire la promotion de sa profession et de montrer à quel point elle nécessite des compétences plus pointues que celles qui consistent à faire le forcing pour avoir une photo dans les pages mondaines de journaux. Par chance, s’il y a une déontologie de la presse, il y en a aussi une dans le domaine des RP et de la comm et des personnes qui se battent pour qu’elle existe autrement que comme une déclaration, de bonnes, intentions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :