Pour quoi faire?

C’est vrai qu’on a (presque) toujours affaire aux mêmes acteurs. Mais il faut admettre qu’ils réussissent à faire de la politique à Maurice un feuilleton à rebondissements. Ainsi, de nouveaux rapports de force se dessinent après le 1er mai. L’abbé Grégoire est désormais un interlocuteur respecté. Dont la capacité à soulever les foules de mécontents suscite à la fois crainte et convoitise. Le MMM bombe le torse croyant pouvoir se la jouer « seul contre tous » comme au bon vieux temps. Le MSM semble requinqué. À la faveur de l’annonce – pas encore confirmée – du retour de sir Anerood Jugnauth en politique. Ce parti croit être devenu « les cinq sous » qui rendront « la roupie carrée » d’une future alliance électorale imbattable.

Du coup, les analyses pleuvent. Se recoupent. Se contredisent. Le Parti travailliste et le MSM s’apprêtent à se jeter dans les bras de l’un l’autre. Paul Bérenger, le leader mauve vieillissant, pourrait se résigner à donner son parti en épousailles à Ramgoolam. Qui, à son tour, enverrait le vieux briscard au Réduit se la couler douce, tout en sillonnant les continents en sage « droitdelhommiste ». On passe sur ceux qui pensent qu’un remake MSM-MMM n’est toujours pas à écarter…

Voici donc le paysage politique en instance de permutation. Mais nous ne pouvons nous satisfaire de ce ramdam là. D’une tactique à court terme qui ne sert qu’à gagner les prochaines élections générales. Tous ces partis politiques qui se courtisent et se toisent en ce moment même nous doivent des explications. Ils doivent nous dire comment ils comptent gérer un pays dont la population se sent mal. Et dont l’économie subit choc sur choc en provenance du marché mondial.

Sur ces enjeux de fonds, le discours des leaders est consternant. Ainsi, pour Bérenger, il suffirait de remettre une équipe MMM « qui a fait ses preuves » aux commandes du gouvernement pour régler, par exemple, l’épineux dossier de la crise alimentaire. Au MSM, on pratique la prestidigitation économique. On réduit les impôts et taxes, on les enlève même, on augmente toutes les dépenses.

Et on dit, dans le même temps, pouvoir assainir les finances publiques.

« Abracadabrantesque » !

Même le jeu de Navin Ramgoolam qui a le mérite d’être au pouvoir, donc dans l’action, demeure trouble. On sent bien qu’il n’a pas encore décidé de laisser le libéral Sithanen parachever l’ouverture et la modernisation de l’économie. Tout en définissant un nouveau mode de distribution des fruits de la croissance – notamment pour les pauvres. Le Premier ministre pratique la même tactique que les autres en courtisant ouvertement Grégoire. Sans toutefois oser lui dire ses vérités. Et en lui laissant croire qu’il lui tend une oreille compatissante. Notamment sur la question de réserver 35 % de la fonction publique à des créoles. Un non-sens ! Une ignominie constitutionnelle qui bafoue l’un des fondements de notre République : l’égalité des citoyens devant les lois et les institutions.

Depuis quelques semaines, c’est la tactique qui est à l’attaque. On est obsédé par les retombées sur le court terme de tel débauchage ou de tel rapprochement. Oubliées les vraies stratégies sur le long terme. « Gagnons les prochaines élections générales, après on verra… » semble être devenu le slogan préféré des trois principaux partis politiques du pays. Ils se trompent. Les « dépôts fixes » d’antan se découvrent une conscience et de nouvelles exigences. Ici pour une meilleure protection contre la perte du pouvoir d’achat. Et là pour une meilleure intégration au développement économique et social du pays. Les partis auraient tort de croire qu’il suffit de montrer une belle vitrine de candidats et de leaders pour allécher les électeurs. Plus que jamais la question à laquelle tout parti doit répondre demeure : « Que fait-on une fois qu’on aura gagné ? » Les partis d’opposition ne répondent pas à la question. Et Ramgoolam, lui, semble, comme à son habitude, prendre son temps pour y réfléchir…

publié le 11 mai 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :