Plateformes utiles

Du « pa mo tousel ki fer sa », « ki dimounn pou dir ? » et un soupçon de paranoïa. Nous avons vu tout cela dans certaines réponses du Premier ministre. L’entretien publié hier par « l’express samedi » aide à cerner davantage sa manière d’appréhender le paysage politique et social du pays. Navin Ramgoolam, qui se dit volontiers combatif, un tantinet anticonformiste et homme de conviction, se révèle limite versatile.

Et c’est un fait établi. Pour ceux qui le connaissent personnellement, Ram-goolam n’est pas un sectaire. Il ne croit pas que certains citoyens méritent plus d’attention que d’autres sur le seul critère de leur ethnie ou leur appar-tenance religieuse. Pourtant, le PM accourt à toutes sortes de manifestations organisées par tout ce que le pays compte d’organisation socioreligieuses, voire carrément sectaires.

Pourquoi ne pas mettre un peu plus de distance ? Les Anglais pensent que « familiarity breeds contempt ». Pas faux. Ramgoolam devrait savoir qu’à trop fréquenter ces groupes, il court le risque de leur faire croire qu’il est personnellement sensible aux thèses et pratiques – parfois dangereuses – que certains d’entre eux défendent. Pourtant, le Premier ministre s’obstine à maintenir cette proximité.

Une rupture s’impose. Il est temps que Navin Ramgoolam marque sa distan-ce et qu’il le dise. Mais le PM part dans une explication abracadabrante pour expliquer son incapacité à s’éloigner du socioreligieux. Il se montre même démissionnaire en rejetant la faute sur les autres.

Navin Ramgoolam fait remarquer que Paul Bérenger, quand il était Premier ministre, organisait des réunions à son bureau avec la « Voice of Hindu ».

Il trouve que le « système est ainsi » et que donc, les Premiers ministres doivent assister à des fonctions socioreligieuses ou ethniques jusqu’au moment où tout le monde s’accordera à dire que ça ne doit plus être le cas. En attendant, tout PM court le risque « de se mettre à dos ces gens-là » s’il n’assiste pas à leurs fonctions. Dans un bel exercice de langue de bois, Ramgoolam pense toutefois que « les choses vont changer avec le temps ». On a du mal à croire que c’est Ramgoolam, l’homme de conviction, qui parle…

Pourtant, de la conviction, Navin Ram-goolam en affiche autrement. Notam-ment dans sa persistance à croire qu’il y a « une certaine injustice dans la façon » dont la presse le traite.

Il s’égare même dans une thèse fumeu-se, qui, si on la résume, revient à dire que l’ensemble de la presse mauricienne est à la botte de Bérenger et qu’elle est manipulée par lui. Que penser de cette manière de voir ? Est-ce la naïveté ? De la mauvaise foi ? Non, surtout de la paranoïa !

Pour tenir ce genre de langage et nourrir cette théorie du complot, il faut s’adresser à des foules réceptives. Elles aussi un peu paranoïaques sur les bords. Ramgoolam retrouve ces auditoires lors de rassemblements socioreligieux ou ethniques. Durant lesquels on se différencie des autres parce qu’on est de telle caste, de telle communauté ou de telle religion. Ceux qui se retrouvent ainsi entre « zot bann » sont toujours friands de théories du complot. Toujours prêts à entendre les histoires toutes faites sur les propos racistes de celui-ci, ou le comportement insultant ou déloyal de celui-là. De quoi justifier encore un peu plus le repli sur soi, sur sa communauté ou sur sa caste !

Ramgoolam a besoin de participer aux rassemblements socioreligieux et sectaires pour atteindre cet auditoire.

En distillant ce genre de discours là. Parce que ses mêmes propos fielleux et tendancieux – prononcés ailleurs devant des parterres de fonctionnaires, de syndicalistes, de diplomates ou d’hommes d’affaires, passeraient très mal. Participer aux grands-messes socioreligieuses l’arrange finalement.

Il serait honnête de l’avouer…

publié le 6 avril 2008

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :