La fracture existe

On n’entend plus beaucoup parler de démocratisation de l’économie. Pourtant, le concept était à la mode il y encore six mois. Mais peu importe si les travaux de la commission chargée de pondre un rapport sur le sujet s’éternisent. Parlons d’une autre démocratisation. Celle de l’Internet haut débit. Elle est toujours désespérément en panne dans le pays. Et nous ne faisons pas allusion ici, à celle dont Telecom Plus nous a gratifiée en cette fin de semaine !

Selon les prévisions des fournisseurs d’accès, la clientèle haut débit va doubler en 2006. Ce n’est pas vraiment une nouvelle dont on devrait se réjouir. Nous en demandons davantage. Même avec les 15 % à 20 % de baisse annoncée dans le prix de l’ADSL, un forfait mensuel à 128 kb restera au prix peu attractif d’environ Rs 900.

Les fournisseurs d’accès, Telecom Plus en tête, fanfaronnent trop vite en oubliant un élément de la conjoncture actuel. Le « mood » au sein des ménages est à l’austérité. Par des temps où les hausses en cascade grèvent les budgets familiaux, on cherche à consommer de manière identique, si possible, mais en dépensant moins. Ce n’est pas par hasard que l’enseigne de grande distribution « hard discount » Leader Price s’établit en ce moment dans le pays.

Tout le monde, y compris le ministre de la Technologie informatique, toujours en rodage, semble avoir compris que l’ADSL a besoin d’être proposé aux alentours de Rs 500 pour enfin pouvoir se démocratiser. C’est à ce prix que l’on pourra convertir une bonne partie des 60 000 abonnés qui choisissent, pour le moment,le bas débit.

Mais encore une fois, une fois de trop, la balle demeure dans le camp du gouvernement et de Mauritius Telecom (MT). L’opérateur historique joue toujours au récalcitrant… Sauf quand cela l’arrange d’agir autrement.

En 2003, MT lance son tarif rebalancing. La larme à l’œil, il explique que s’il doit baisser ses tarifs internationaux, il va aussi falloir qu’il se résigne à augmenter ses tarifs locaux. C’est ce qu’il fera. Mais moins de trois ans après,la logique semble avoir changé.

À la faveur d’une arithmétique à géométrie variable. MT a demandé et obtenu de l’Information and Communication technologies Authority (Icta) de baisser ses tarifs internationaux sans augmenter les tarifs locaux. Pas de contrepartie cette fois. Ce qui nous amène à nous demander si MT n’a pas tendance à exagérer ses contraintes quand cela l’arrange ? Peut-être que oui !

Si c’est le cas, le gouvernement, à travers l’Icta, doit désormais en demander plus à MT. Une bonne partie du prix que nous payons pour l’ADSL est prélevée par l’opérateur historique au titre de frais divers et variés. C’est en les éliminant que nous allons enfin pouvoir rendre le haut débit accessible au plus grand nombre. Il faut cesser de vouloir comprendre MT, pour plutôt lui faire entendre raison. Sinon, la démocratisation du haut débit restera un rêve.

Ce qui serait insupportable. Car nous serions alors en train d’accentuer notre fracture numérique avec le reste du monde développé et connecté.

publié le 15 janvier 2006

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :